Criquets et ratons au Parlement

Dangereux, le raton ? (photo EdA - Jacques Duchateau)

Séance bestiaire mardi matin au Parlement wallon. Interrogé en commission environnement par le député MR Philippe Fontaine, Benoit Lutgen s'est montré rassurant: le criquet belge est toujours bien présent.

+ Le député Fontaine s'inquiète de l'arrivée des ratons laveurs:

En ces temps troublés où la survie du royaume est fréquemment remise en cause et où les drapeaux tricolores fleurissent aux fenêtres des habitations bruxelloises, le ministre wallon de l'Environnement, Benoît Lutgen, a tenu mardi à se montrer rassurant: le criquet belge n'a pas disparu.

Le député Philippe Fontaine (MR) a posé en Commission du parlement wallon une multitude de questions sur l'essor ou le déclin d'espèces animales: raton laveur, balbuzard, busard cendré ou encore criquet belge. Cet insecte -caractérisé par ses pattes noires-jaunes-rouges et appelé aussi "stethophyma grossum" ou, plus tragiquement, "criquet ensanglanté"-, n'a plus été observé sous nos latitudes depuis 50 ans, a-t-il affirmé. Hasard de l'histoire? Il ferait aujourd'hui sa réapparition.

Le ministre a tenu à nuancer cette affirmation: l'espèce n'a plus été observée à Bruxelles depuis 50 ans mais elle a subsisté en Flandre et en Wallonie. En Région wallonne, l'espèce a ainsi été inventoriée dans un grand nombre de sites humides du sud des provinces de Namur et de Luxembourg et aurait tendance à s'étendre vers le nord. Les orthoptères, groupe dont fait partie cette espèce, sont étudiés par des naturalistes bénévoles qui forment un groupe à l'échelle du Bénélux. La centralisation des informations se fait en Flandre, au sein de l'"Instituut voor Natuurbehoud".

Le ministre a conclu sa réponse en citant un proverbe africain: "si le criquet tient dans la main, on l'entend dans toute la prairie". Le député s'est quant à lui montré plus prosaïque: "Peut-être faudrait-il en envoyer en grand nombre de l'autre côté de la frontière linguistique? ".