Un Belge sur sept est pauvre

Presque 15% de la population belge vit sous le seuil de pauvreté. (photo Belga)

En Belgique, une personne sur sept peut être considérée comme pauvre. Les femmes, les enfants de moins de 16 ans et les personnes de plus de 65 ans sont les plus touchées. Tous les chiffres de l'enquête.

La Direction générale Statistique et Information économique du SPF Économie a dressé un profil à l'occasion de la Journée Internationale pour l'élimination de la pauvreté. Le critère de pauvreté concerne les personnes isolées dont les revenus ne dépassent pas 822 euros par mois, ainsi que les ménages composés de deux adultes et deux enfants ayant des rentrées inférieures à 1.726 euros. Presque 15% de la population belge vit donc sous ce seuil de pauvreté.

Les personnes les plus touchées sont les femmes, les enfants de moins de 16 ans et les personnes de plus de 65 ans. Un peu moins de 87% de la population en risque de pauvreté sont constitués de personnes inactives sur le marché de l'emploi, comme les chômeurs ou les pensionnés. Les personnes isolées et les familles monoparentales sont également sur-représentées dans la population en risque de pauvreté.

Le tabac, l'exception

Les Belges vivant sous le seuil de pauvreté dépensent en moyenne 40% de moins que les autres. Elles réalisent des économies sur tous les postes, surtout sur les voyages (74,9% de dépenses en moins), les loisirs (55,8% de dépenses en moins) et les transports personnels (61,7% de dépenses en moins). Ces ménages dépensent également moins pour la santé (35,4% de dépenses en moins) et les produits alimentaires (25,8% de dépenses en moins). Seule exception: le tabac. En moyenne, les dépenses en tabac des ménages vivant sous le seuil de pauvreté dépassent de 4,5% celles des ménages moyens.

Les pauvres sont en majorité des locataires, alors que ces derniers ne représentent que 26% de la population belge. 30% d'entre eux ont des difficultés financières pour chauffer suffisamment leur logement qui est par ailleurs souvent sombre et étroit.

Par ailleurs, la pauvreté semble se transmettre de génération en génération. Ainsi, plus de la moitié des pauvres sont issus de ménages confrontés à des difficultés financières et de familles où aucun des deux parents n'avaient un diplôme. (Avec Belga)