PARLEMENT WALLON

Quorums en commissions : perseverare diabolicum

Quorums en commissions : perseverare diabolicum

(photo EdA - Philippe Berger)

Même si les votes ont tous eu lieu lundi , la majorité PS-cdH a encore eu bien du mal à rassembler ses ouailles. Jolis sprints à la clé.

On se souvient de la polémique, il y a quinze jours, en commission du Budget : au moment de voter le budget des infrastructures routières, le quorum requis n'était pas atteint et le vote avait dû être reporté. Et ce malgré les courses effrénées dans les travées du Parlement de députés tentant, d'une commission à l'autre, de venir faire nombre.

Hier, le budget des infrastructures a bien été voté. Mais les petits sprints dans les couloirs ont repris de plus belle.

«La commission Aménagement du territoire a commencé en retard parce qu'il n'y a pas assez de députés explique l'Écolo Bernard Westphaël. Et puis les députés de la majorité ont dû se rendre à la commission Budget pour faire nombre afin que le vote puisse avoir lieu. Ils doivent jouer les vases communiquants. Il y a quinze jours je m'étais fait trucider en conférence des Présidents parce que j'avais soulevé le problème des quorums non atteints. Je m'aperçois que rien n'est résolu».

Du côté du MR, on n'est pas plus tendre. Serge Kubla fait un cinglant constat de carence de la majorité. «Ils sont incapables de mobiliser leurs troupes et de les réunir. Avant les élections, la plupart d'entre eux auraient fait n'importe quoi pour devenir parlementaire. Il semble qu'à la seconde où ils ont été élus, leurs priorités changent. Ils privilégient leur mandat local, leur activité professionnelle complémentaire ou leur vie privée. Les commissions se tiennent à des heures décentes et ne sont pas toujours toutes en même temps. Réunir le nombre suffisant de parlementaires ne me paraît pas une tâche insurmontable.»

Et quand on lui fait remarquer que l'opposition parfois n'est pas plus présente, la réponse fuse. «Ce n'est pas le rôle de l'opposition d'assurer que le quorum soit atteint. Quand on voit que la majorité n'est pas capable de réunir ses parlementaires, nous, on sort, c'est normal. Le Président du Parlement (NDLR : J. Happart) a envoyé une lettre à tous les chefs de groupe pour les rappeler à l'ordre. Je trouve ça un peu fort...»

Côté majorité, on crie évidemment à la malveillance; le PS, notamment arguant du fait que tous les quorums avaient été atteints hier et que ce n'est pas à l'opposition à dicter à la majorité la manière dont elle y parvient. Maurice Bayenet, chef de file des Socialistes concède le couac d'il y a deux semaines, mais juge, en revanche, que les votes n'ont posé aucun problème ce lundi.

Reste à voir si la mobilisation sera plus vive au cours de cette semaine parlementaire qui s'annonce chargée.

+ Prolongez l'info dans Vers l'Avenir, L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mardi 16 octobre.