Correa s'en prend à la Belgique

(Photo EPA)

Le président de l'Equateur a fustigé une nouvelle fois la Belgique. Lors d'un discours au Lycée franco-équatorien de Quito, Rafaël Correa est revenu sur l'affaire de la petite Angelica, menacée d'expulsion avec ses parents.

+ Pas de moratoire sur l'expulsion

Ses propos ont été relayés dimanche par La Première (RTBF). "Nous sommes de la race humaine. C'est pour cela que l'Equateur ne peut accepter l'idée qu'il existe des êtres humains illégaux", a déclaré le président équatorien. "Ils viennent d'expulser de Belgique une jeune fille de 11 ans et sa mère pour le seul délit d'habiter dans un pays étranger. Qu'est-ce qu'il se passe avec cette Europe? Que se passe-t-il avec cette Europe où j'ai eu l'occasion de vivre il y a une vingtaine d'années? ", s'est interrogé samedi M. Correa.

"Ils ont maintenu une mère de famille et sa fille en prison pendant 30 jours sur un continent qui est censé être l'un des plus grands symboles de la civilisation humaine. S'il vous plaît, que ce serait-il passé si un gouvernement latino-américain avait emprisonné une mère européenne et sa fille? Nous aurions été les barbares, les dictateurs, les sanguinaires et c'est pourtant ce que fait l'Europe en ce moment", a-t-il encore avancé. (Belga)