Greenpeace souhaite que le Nobel de la Paix d'Al Gore soit utile

Greenpeace souhaite que le Nobel de la Paix d'Al Gore soit utile

(photo Reuters)

Attribuer le prix Nobel de la Paix à Al Gore et au GIEC doit avoir un impact sur les gouvernements qui se préparent à négocier l'extension des limitations des gaz à effet de serre du protocole de Kyoto en décembre 2007, affime Greenpeace International.

Du 3 au 14 décembre 2007, l'île indonésienne de Bali accueillera un sommet de l'ONU consacré au climat. Durant ce sommet, les dirigeants du monde entier décideront de la prochaine politique climatique, car le protocole de Kyoto ne court que jusqu'en 2012.

"Le GIEC mérite absolument cette distinction prestigieuse pour son travail scientifique rigoureux. Ses rapports ont appuyé le consensus scientifique international sur les changements climatiques et ont été un appel au clairon à faire des efforts à l'échelle internationale pour réduire visiblement les émissions de gaz à effet de serre et contrer ainsi les changements climatiques galopants", explique encore Stéphanie Tunmore, chargée de campagne sur le climat.

Un impact aux USA

"Les efforts d'Al Gore pour éveiller les consciences des hommes politiques et du public à la problématique du réchauffement global ont incité de nombreuses personnes dans le monde à doubler leurs efforts pour protéger la planète", commente Chris Miller, directeur de campagne contre le réchauffement climatique chez Greenpeace USA.

"En attribuant ce prix prestigieux à l'ancien vice-président des Etats-Unis, le comité du prix Nobel se joint au choeur de plus en plus important des gens qui appellent le gouvernement américain à participer à l'effort international pour résoudre la crise climatique", ajoute Chris Miller. "Al Gore a donné un moyen d'expression à l'écrasante majorité d'Américains dont l'inquiétude a été niée", conclut-il. (Avec Belga)