FOOTBALL

La bonne foi a prévalu au CP

À Spy, on attendait avec impatience la séance du CP de jeudi soir pour tenter de récupérer une victoire qui avait été remportée sur le terrain...

Sur la vie sportive Spy (P1) perdait son match contre Schaltin 0-5, alors qu'il l'avait gagné 2-0, pour manquement de document d'identité. C'est dire si les Spirous n'appréciaient guère et c'est ainsi qu'ils venaient, Alex Bourotte en tête, en transaction, espérant bien récupérer les 3 points.

« En fait, expliquait Grégory Mazy, le gardien, qui était au centre de l'affaire, j'étais au « Sun Park » de Lommel le week-end et je suis revenu le dimanche matin, pour jouer le match de 18h. En préparant mon sac vers 15h je me suis aperçu que je n'avais plus mon portefeuille, volé ou perdu, et que, dès lors, je n'avais plus mes papiers d'identité. Je me suis rendu à Spy où on m'a conseillé d'aller faire une déclaration de perte à la police et je suis redescendu en vitesse à Namur. Vous pensez bien qu'un dimanche, en fin d'après-midi, ce n'était pas évident d'avoir un papier officiel avec, de surcroît, une photo, mais l'arbitre me connaissait. Il a toutefois suivi le règlement et fait un rapport, c'est normal, mais il n'y avait aucune intention de tricher de notre part... »

Une version que le CP admettait bien volontiers et décidait de maintenir le score du match, retenant la bonne foi des Spirous de Zoran Bojovic.

Pour une histoire similaire, Rochefort venait, lui aussi, en transaction, mais avait moins de chance car si le joueur avait présenté une carte officielle de la SNCB à l'arbitre, il était incapable de la montrer au CP qui, dès lors, décidait de faire perdre les juniors de Rochefort 5-0 à Tamines, alors qu'ils avaient gagné 1-3. Dommage !

Plus difficile à traiter l'aventure de Jean-Pierre Bayot, qui se bat pour relancer le football à Walcourt, et qui éprouve bien des difficultés à nouer les deux bouts. C'est d'ailleurs en essayant d'éviter un forfait, pour une heure de match qu'il avait confondue, qu'il se retrouvait devant le CP et venait expliquer les difficultés du club. Bon prince, le CP décidait de lui réduire son amende et il aurait aimé en faire de même pour le gentil Remi Denoiseux, exclu un peu injustement pour sa première touche de balle, mais comme le joueur n'avait reçu qu'un dimanche de suspension il ne pouvait, décemment pas, lui enlever.

Il allait être pourtant bien plus sévère, trop même, avec Michaël Lefevre de Natoye alors que de l'avis même de l'arbitre, M. Dachelet, la faute n'était pas bien grave, mais se montrait plus clément avec Hajji de Nismes (un dimanche) et Mineo de Ligny (2 dimanches) pour des fautes de jeuJ-F L.