Roger Hanin toute une vie

Théâtre, cinéma, télé, politique, écriture : Roger Hanin ne se résume assurément pas au seul Navarro. Et nous raconte son long parcours.

Pour brosser un portrait chaleureux de l'homme et de l'artiste, ce documentaire a choisi d'accompagner Roger Hanin sur la terre de son enfance, l'Algérie : «J'ai été élevé, au sein d'une famille de cinq enfants, dans un quartier populaire d'Alger, dans la Basse-Casbah. Je suis né dans un taudis où j'ai été heureux. Ma vie, c'était la rue. » Il évoque le cloisonnement de la société locale à l'époque (dont les composantes inférieures étaient les Juifs puis les Arabes). C'est ainsi que, né Roger Levy, il décida, en 1948, de gagner la France métropolitaine. Étudiant en pharmacie, le hasard le conduisit à faire de la figuration au théâtre : «Je fus émerveillé et décidai d'être acteur.»

Quelques années plus tard, sur les planches en tant que créateur et directeur du Festival théâtral de Pau, il s'empara des rôles les plus prestigieux du répertoire. Au cinéma, on le vit popularisé par ses prestations dans les personnages du «Tigre» ou du «Gorille» : «des James Bond à la française.» Sa rencontre avec la productrice Christine Gouze-Rénal, la belle-soeur d'un dénommé François Mitterrand, qu'il épousa en 1958, lui fait évoquer son parcours politique : de son engagement dans les Jeunesse communistes, de son adhésion au Parti socialiste à son récent ralliement à Nicolas Sarkozy lors des dernières «Présidentielles». De la télé, il avouera qu'elle lui a apporté le bien-être matériel et qu'il remercie Navarro de la popularité qu'il lui a apporté. À 81 ans, Roger Hanin, qui vient de publier son dixième ouvrage, avoue ne pas vouloir en rester là! Tout en avouant, sans fausse pudeur «j'ai reçu de la vie beaucoup plus que j'en attendais.»

La Une, 22.25