Le N.1 de retour chez Renault ?

Alonso avait quitté son mentor Briatore pour un nouveau challenge. Il l'a eu et en est revenu. Au propre comme au figuré. (photo Belga)

Rien d'officiel, encore jeudi soir, mais selon des affirmations de plus en plus appuyées, Alonso va retourner chez Renault en 2008.

À vrai dire, la nouvelle n'étonnerait presque personne, mais elle était tout de même encore à prendre au conditionnel, hier soir, à l'heure d'écrire ces lignes.

Depuis quelques semaines, voire plusieurs mois, déjà, les supputations allaient bon train face au malaise persistant (et grandissant même) entre Fernando Alonso et l'équipe McLaren-Mercedes qu'il avait rejointe cette saison. Lassé de ne pas être considéré au sein de son propre team comme un double champion du monde, irrité par l'attention donnée par l'équipe anglaise à son protégé Hamilton, excédé par les attaques incessantes outre-Manche sur sa personne, son pilotage etc, l'Espagnol a décidé de partir.

Et ce même si McLaren affirmait, mercredi, que ses pilotes seraient traités «exactement de la même façon au Brésil, ultime Grand Prix le 21 octobre. Le team prendra toutes les mesures pour s'assurer que Fernando et Lewis aient les mêmes possibilités de gagner».

Pour le vérifier, la FIA a décidé de poster un officiel dans le team à Interlagos. Fait rare.

Mais trop tardif. Les relations entre Alonso et le team en étaient arrivées à un point tel qu'elles pouvaient difficilement se prolonger.

Du coup, les affirmations se sont multipliées, hier, pour annoncer un retour de l'Espagnol au sein de l'écurie Renault, celle de son éclosion, de ses premières victoires, celle avec laquelle il gagna ses deux titres (2005, 2006). Le retour de l'enfant prodige en quelque sorte. Un contrat de trois ans aurait été signé.

Alonso aurait rencontré Flavio Briatore et Pat Symonds, les responsables du team au losange, fin septembre. Lors de cette discrète réunion, l'Espagnol aurait reçu des informations sur la future R28. Celles-ci l'ont apparemment convaincu.

Reste à savoir quel jeu de chaise musicale ce transfert va provoquer et si Alonso reviendra avec ou sans le N.1.

+ Prolongez l'info dans Vers l'Avenir, L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce vendredi 12 octobre