Téléphonie

Une facture de plus de 2.500 € pour un numéro jamais formé

Une facture de plus de 2.500 € pour un numéro jamais formé

(photo EdA)

Son opérateur lui réclame plus de 2.500 € pour des appels internationaux vers un numéro inconnu qu'elle n'a jamais formé.

Si aucune facture ne s'ouvre avec le sourire, certaines font littéralement avaler de travers. Les derniers relevés téléphoniques d'Alexandra sont de cette trempe-là. Sous la rubrique «conversations internationales», ses factures des mois de juillet et d'août font apparaître d'invraisemblables dépenses. Elle aurait appelé un même numéro à l'étranger, pour un coût total de 2551,488 €.

«Je n'ai jamais formé ce numéro de ma vie, assure la Dinantaise. Et la ligne que j'aurais utilisée pour le faire est celle de mon fax». En étudiant le détail du relevé, Alexandra constate que le numéro aurait été appelé par elle 32 fois sur la seule journée du 14 juillet, parfois à quelques secondes d'intervalle. Toujours d'après la facture, le numéro aurait été formé à 14 reprises les 1er et 2 août. Pour des communications longues de 38 secondes à 20 minutes.

Alexandra n'a pas payé les factures, elle les a immédiatement contestées auprès de son opérateur. «J'ai téléphoné chez Euphony, où l'on m'a dit d'écrire au service customer care et d'attendre. J'ai envoyé un recommandé avec accusé de réception. Un mois et demi après, j'attends toujours la réponse.»

Un autre cas à Bruxelles

Pas de réponse du customer care, donc, mais une lettre-type d'Euphony tombe bientôt dans la boîte aux lettres de la cliente dinantaise : le courrier menace l'envoi d'un huissier de justice pour récupérer les sommes contestées. Alexandra entame les démarches pour quitter l'opérateur téléphonique. Ce qu'elle obtient finalement, par l'intermédiaire de son nouvel opérateur.

Entre-temps, Alexandra a bien sûr tenté d'identifier le numéro prétendument appelé par elle. «Je l'ai appelé plusieurs fois, je tombe sur un fax, explique-t-elle. Euphony n'a pas pu me dire à qui appartient le numéro. Le 0088 n'est pas un préfixe international. Ce serait le code d'un appel satellitaire...»

Nous avons tenté de joindre Euphony, par téléphone et par email, mais en vain. Personne ne semble disposé à répondre à nos questions.

Le cas d'Alexandra n'est pas complètement isolé. Nos confrères de la Dernière Heure rapportent une expérience similaire survenue en Région bruxelloise. Le téléphone «piraté», pour un montant d'environ 500 €, est ici un portable, mais le numéro intensivement appelé est identique.

(A. Deb.)