Le dribble du phoque fait des remous au Brésil

"Da Foquinha", la spécialité du petit milieu offensif de Cruzeiro.

Il s’appelle Kerlon. Il joue à Cruzeiro, au Brésil. Et du haut de ses 19 ans, on l’annonce déjà comme le nouveau Ronaldinho. Sa spécialité : le dribble du phoque. Un geste qui ne plaît pas à tous ses adversaires. Découvrez les vidéos de ce geste incroyable qui suscite la polémique.

L’action se passe le 16 septembre lors du choc du championnat brésilien entre Cruzeiro et l’Atletico Mineiro. A la 80e minute, alors que le score de 4-3 pour son équipe, Kerlon Souza Moura entame son geste favori, "da foquinha", le dribble du phoque . Décalé sur l’aile droite, il lève le ballon pour le placer sur sa tête et enclenche sa course vers le but. Un geste fou, inarrêtable. Enfin presque. Le jeune prodige parvient à passer un premier adversaire avant de faire connaissance avec l’épaule robuste d’un autre défenseur. S’en suivent: un début de bagarre générale, l’exclusion logique de l'agresseur et, surtout, le lancement d’une polémique qui agite le Brésil depuis maintenant près d’un mois.

Le débat fait rage dans la nation cinq fois championne du monde. Les partisans de Kerlon crient au génie, ses détracteurs dénoncent une provocation. Emerson Leao, ancien sélectionneur national et coach de l’Atletico Mineiro, a lancé la première flèche dès la conférence de presse d’après-match. A chaud, il a asséné d’un ton sec: "C'est une action pour provoquer. Il a le droit de faire ce dribble, rien à dire là-dessus. Seulement j'ai peur qu'un jour il soit éloigné des terrains pour de longues années après avoir pris un gros coup dans le visage. Mais je souhaite que ça n'arrive jamais."

L’agresseur de Kerlon, un certain Coelho, préfère se murer dans le silence. Le journal L’Equipe révèle qu’il a entretemps été suspendu pour quatre mois par le Tribunal de Justice sportive. Mais d’autres joueurs parlent pour lui. Ainsi, un défenseur de Fluminense, Luiz Alberto, n’y va pas de main morte: "S'il tente ça face à moi, je le démonte (sic). J'utilise des coups de capoeira s'il le faut. Ce dribble est une insulte aux joueurs qui sont en face", rapporte L’Equipe.

"Seul un décret pourra m'empêcher de faire cette action"

Kerlon peut néanmoins compter sur le soutien de personnalités du ballon rond. Et pas des moindres. Le Roi Pelé a notamment pris la défense du petit prodige. Il a souhaité "féliciter ce joueur, qui fait preuve de courage et d'habilité avec un tel dribble" et "l'inciter à tenter cette action, encore et toujours. Bravo à lui !"

Qu’en dit le principal intéressé ? Il répond en prenant le parti de l’humour: "Seul un décret pourra m'empêcher de faire cette action. Je l'utilise en match depuis mes onze ans, et je rêve de marquer ou de provoquer un penalty en faisant la foquinha." Puis, il conclut, lucide: "Quand je l'enclenche, je sais que je vais prendre un coup. Ce que j'ignore, c'est à quel endroit du corps je vais être frappé."

Kerlon s’était fait un nom dans le monde du football en étant désigné meilleur joueur du championnat d’Amérique du Sud des moins de 17 ans en 2005. A voir la vidéo qui suit, on comprend pourquoi. Sûr qu’on en entendra encore parler de ce petit artiste d’1m67. (B.DAR.)