division 1 Championnat (2 e journée)

Massot sera-t-il le seul ex-Spirou? Charleroi Ver.-Pepinster Samedi 20h05

Quand Sacha Massot quitta Pepinster, il y a quatre ans, pour Charleroi, il pensait bien avoir fait un grand pas dans l'évolution de sa carrière. Le club carolo représentait ce qui se faisait de mieux sur le sol belge en matière de basket et nourrissait d'ambitions certaines sur le plan européen.

Malheureusement pour le Tongrois, les choses prirent rapidement une tournure désagréable sous la forme de blessures à répétition qui conduisirent Sacha vers de grandes incertitudes quant à la suite de son métier: les vertèbres cervicales restent un endroit particulièrement délicat pour tout sportif.

Après une longue traversée du désert, à force de courage et d'entraînements, Sacha a recouvré la santé et les parquets. À tel point que, la saison passée, le coach Casteels lui donna même du temps de jeu, tant en club qu'en équipe nationale. Pour retrouver le banc, étrangement plus souvent, durant des play-off à nouveau décevant pour les Carolos.

Mais coup de théâtre, moins d'une semaine avant le départ de la compétition, Massot, à la surprise générale, (re) prenait la direction de l'Est du Pays: «C'est une décision mûrement réfléchie. Si je voulais à nouveau progresser, il me fallait plus de temps de jeu que ce que Charleroi aurait pu me proposer. Les Carolos ont de nouvelles ambitions belges et européennes et ne pouvaient pas me garantir le rythme dont j'avais besoin. Finalement, c'est un retour à la case départ, pour... repartir de plus belle, et relancer ma carrière».

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour accueillir en bord de Vesdre, l'enfant prodigue: «Physiquement, je me sens bien. Le coach Skelin m'apprécie, car je suis un grand travailleur, et j'ai rapidement obtenu sa confiance. Et enfin, je crois que le public pepin ne m'a pas oublié. Lui qui m'a toujours bien accueilli quand je revenais à Pepinster avec Charleroi. Le plus difficile est de retrouver ses marques, et s'intégrer dans un groupe qui évolue ensemble depuis plus d'un mois. Le temps fera son oeuvre».

Pour Sacha Massot, ce retour au Spiroudôme sera aussi synonyme de fête. «Là aussi, j'ai laissé des amis, et cela me fera tout drôle de rentrer dans le vestiaire "visiteurs" et de m'asseoir de l'autre côté de la table. Mais ce sera un match comme un autre, dans la suite logique de notre progression. Si nous faisons preuve d'autant d'agressivité qu'à Fleurus, nous pourrions faire un "truc", même si je suis parfaitement conscient de notre infériorité physique, surtout avec l'absence probable de Dimitri

Un sentiment partagé par son coach Skelin, satisfait de la sortie et de la concentration de ses poulains à Fleurus: «Nous avons besoin de jouer pour mieux nous trouver sur le terrain. J'ai aussi remarqué un meilleur état d'esprit, du rythme, de l'agressivité défensive et une meilleure fluidité en attaque. Il reste encore pas mal de choses à améliorer, mais c'est en bonne voie. C'est le message que je ferai passer prioritairement à mes joueurs pour samedi soir».

Une progression légitime que la blessure de Jorssen est venue brutalement tempérer: «Mais, si la malchance s'y met en plus...», soupire Skelin.