DIVISION 1

Comment rebondir après l'échec? Standard G Beerschot Dimanche 18h

Joueurs et staff ne le pensent pas, rejoignant Preud'homme quand il dit: «On ne s'est pas battu une saison pour laisser tomber la Coupe d'Europe.»

STANDARD: Espinoza, Marcos, Onyewu, Sarr, Dante, Witsel, Fellaini, Defour, Toama, Mbokani, De Camargo; De Vriendt, Dupré, Fred, Dembéle, Dufer, Walasiak, Villano, Papassarantis, Lukunku, Jovanovic (?).

Absents: Renard (hanche), Mulemo (pubalgie), Phibel (pied).

Menacé de suspension: Dante

G BEERSCHOT: Steppe, M.Monteyne, Dheedene, Lembi, PJ Monteyne, Losada, Wamfor, Ederson, Cavens, Dosunmu, Malki. Maes, Vleminckx, Colman, Zerara, King, Bancé, Verhoeven.

Absents: Né (cheville), Cruz (revalidation), De Wree (tendon d'Achille), Van Dooren (suspendu).

Menacés de suspension: Losada, Malki.

Arbitre: Serge Gumienny.

L'étroitesse qualitative du noyau, pressentie en début de saison et grossie contre Käerjéng, doit pourtant pousser les Liégeois à accepter l'idée qu'un calendrier chargé ne leur aurait pas été profitable. Le Standard n'a définitivement pas le noyau d'Anderlecht ou du FC Bruges. Pour les équipiers de Steven Defour, le double affrontement contre St-Pétersbourg, malgré le résultat, pourrait pourtant servir.

Pour l'expérience, d'abord. La deuxième mi-temps du match aller (3-0) n'avait pas été un modèle de gestion tactique, les joueurs en étaient conscients. Dans cette optique, Preud'homme disait hier: «Je veux que ce groupe évolue au niveau footballistique, mais aussi dans sa gestion. Ce duel contre les Russes pourrait nous être utile en quarts et/ou en demi-finales de Coupe de Belgique.» Engagé dans un duel au sommet avec notamment une équipe, Anderlecht, habituée aux matches couperet, il devra être solide de bout en bout. Son premier temps de passage à la trêve sera scruté avec attention. Au mois de décembre, il va ainsi affronter le champion de Belgique (1erdécembre), Charleroi (8) et Genk (22).

Réduits à dix par la faute d'Onyewu, les Liégeois, comme contre Westerlo, ont fait étalage de leur envie. Toujours dans un esprit offensif, ils ont affiché des valeurs qui seront nécessaires dans les moments difficiles. «Quand on a la foi, on peut faire de grandes choses», résumait Preud'homme jeudi soir. Pour son approche conquérante, le Standard pratique le meilleur football du pays. Il lui manque le réalisme qui rapporte des points, l'exemple du 0-0 à St-Trond est révélateur. Dans cet ordre d'idées, le retour de Jovanovic, peut-être quelques minutes contre le G Beerschot, ne sera pas de trop.

Demain, contre les Rats d'Anvers, le club liégeois devra se relancer. Il doit construire, sur son échec européen, une suite de saison en rapport avec ses prétentions de titre. Les craintes du staff ne sont pas tellement morales, elles sont plutôt physiques. L'occasion de faire tourner quelque peu le noyau? C'est à voir.