L'Excel se retrouve dauphin du Standard

(photo Belga)

Le vainqueur du derby hennuyer disputé hier soir au Mambour avait la certitude de s'emparer provisoirement de la deuxième place au classement. Une opportunité que les Mouscronnois n'ont pas laissé filer.

Assistance: 9426.

Arbitre: M.Nzolo.

Buts: Akpala (1-0, 2e); Tomou (1-1, 39e); Grondin (1-2, 69e); Fellahi (1-3, 83e).

Cartes jaunes: Assou, Charlet, Habibou.

CHARLEROI: Laquait, Defays, Sbai, Smolders, Christ (70e Sergio), Akpala (75e N'Dri), Camus, Kere, Leiva, Oulmers, Orlando (75e Habibou).

MOUSCRON: Volders, Charlet, Dugardein, Assou-Ekotto, Oussalah, Tomou, Van Gijseghem (71e Bernabe), Grondin, Teklak, Niçoise, Coto (63e Chantry; 80e Fellahi).

Du coup, l'Excel a mis fin à une série de cinq revers consécutifs en championnat au stade du Pays de Charleroi. Et a signé également son troisième succès en déplacement.

Pour avoir en l'espace de six jours tenu en échec le FC Bruges et vaincu Anderlecht au Parc Astrid, le Sporting partait logiquement avec les faveurs du pronostic contre un adversaire privé de Custovic, mais aussi de son axe central défensif. Comme prévu, Marc Brys avait accordé sa confiance au duo Teklak-Van Gijseghem. Ce dernier, de retour après six semaines de blessure, se signalait après... 80 secondes de jeu.

De la plus mauvaise manière qui soit, puisqu'il offrait littéralement le but d'ouverture à Akpala. La sixième réalisation déjà pour l'attaquant le plus prolifique des Zèbres.

Orlando, qui disputait hier soir son centième match en D1 sous le maillot du Sporting, était à deux doigts de doubler le viatique des siens quelques minutes plus tard.

Profitant d'une nouvelle floche du malheureux Van Gijseghem, il frappait en force sur le poteau droit de Volders. Face à l'arrière-garde la moins perméable de l'élite, un Excel touché au moral a bien tenté de réagir par la suite, mais sans trop de conviction durant de longues minutes.

Alors que Volders venait de sauver les meubles au-devant d'Orlando d'abord, d'Akpala ensuite, Tomou - étrangement abandonné dans le rectangle - surgissait de nulle part pour égaliser contre le cours du jeu. Le 1-1 au repos reflétait bien mal la suprématie des hommes de Vande Walle qui remettaient l'ouvrage sur le métier dès le retour des vestiaires. À son tour, Defays touchait du bois (48e).

La pression locale s'intensifiait, obligeant les Hurlus à faire encore un peu plus le gros dos. Devant l'inanité de leurs efforts, les Carolos perdaient toutefois progressivement de leur superbe, ce dont profitait Grondin pour donner l'avance à ses couleurs. Un avantage que le rentrant Fellahi confortait sur la fin. Peut-être pas mérité, mais seuls les buts comptent...