Les derniers instants de Diana dévoilés

Sur ce cliché pris quelques minutes avant l'accident, on distingue la chevelure blonde de Diana à l'arrière. Trevor Reese Jones est à gauche et Henri Paul au volant. (photo Belga)

Toute une série de photos retraçant les derniers instants de Lady Diana ont été rendues publiques ce mercredi au deuxième jour de l'enquête judiciaire sur la mort de la Princesse de Galles.

Plusieurs photos, sans doute prises par des paparazzi qui la suivaient, ont donc été divulguées. Certaines, prises quelques minutes avant l'accident, montrent la Princesse à l'arrière de la Mercedes conduite par Henri Paul, avec son garde du corps Trevor Reese Jones à l'avant et on devine la silhouette de Dodi al-Fayed à ses côtés. Elle apparaît de dos, comme si elle regardait pour voir ce qui se passait derrière elle.

Sur d'autres clichés, on voit la carcasse de la voiture, amputée de son toit, après le crash dans le tunnel du pont de l'Alma. Les différents témoins de la scène sont également mentionnés sur d'autres photos.

Aucun test de grossesse effectué

La journée de ce mercredi a également été marquée par l'annonce faite par le juge qu'il serait sans doute impossible de savoir si la princesse était enceinte au moment de l'accident. C'est pourtant la thèse soutenue par Mohammed al-Fayed, le père de Dodi, pour étayer sa thèse du complot. Selon le milliardaire égyptien, le couple a été tué dans le cadre d'un complot ourdi par le prince Philip, époux de la reine Elisabeth, et mené par les services secrets britanniques, parce qu'ils pensaient que Diana était enceinte et qu'elle s'apprêtait à se remarier avec Dodi, un musulman.

Le juge Baker a expliqué aux six femmes et cinq hommes formant le jury, pourquoi la question de la grossesse présumée de Diana était centrale à leur mission, qui consiste à déterminer les circonstances et les causes de la mort de Diana et Dodi. "Premièrement, sa grossesse ou grossesse présumée, est présentée comme ayant fourni le mobile, ou une partie du mobile, du meurtre de Diana", a-t-il relevé. "Deuxièmement, son corps a été embaumé par les Français et il est dit (par M. Al-Fayed) que le but était de cacher le fait qu'elle était enceinte".

Le magistrat a rappelé qu'aucun test de grossesse n'avait été effectué sur Diana à l'hôpital parce qu'à l'époque personne n'en voyait la nécessité. "Il est probable que cette grossesse ne puisse être prouvée de façon scientifique, dans un sens ou dans un autre", a poursuivi le juge Baker.

L'enquête judiciaire s'est ouverte mardi à la Haute Cour de Londres, plus de dix ans après la mort de Diana et Dodi Al-Fayed, le 31 août 1997 dans un accident de voiture sous le tunnel de l'Alma à Paris. Elle pourrait durer jusqu'à six mois. Cette enquête a pour but de déterminer les circonstances d'un décès violent ou inexpliqué. Ce n'est pas un procès, il n'y a ni accusé ni condamnation. (B.DAR. avec Belga)