Van Themsche avait fait bonne impression à l'armurier

L'armurier a raconté comment il a vendu l'arme à Hans Van Themsche. (photo Reuters)

L'armurier qui a vendu le fusil de chasse à Hans Van Themsche a également témoigné mercredi matin. Il affirme que l'auteur des crimes racistes du 11 mai 2006 donnait l'image de quelqu'un de calme.

+ "Hans était un bon interne"

Hans Van Themsche s'est présenté le 11 mai 2006 vers 09h45 dans l'armurerie, située Lombardenvest à Anvers. "Il voulait savoir quelles armes étaient encore en vente libre", a raconté Benoît Lang, l'armurier. Il n'a pas prêté attention à son habillement et à sa tête rasée. "Il y en a plein comme ça à Anvers", s'est-il justifié.

Il a montré plusieurs armes à Van Themsche, dont un fusil de chasse de la marque Marlin, très populaire, selon lui. Le jeune homme était intéressé, mais il devait d'abord retirer de l'argent. Il a été retirer 750 euros à la banque. Vers 11h, il est retourné à l'armurerie pour acheter le fusil Marlin. L'armurier lui en a expliqué le fonctionnement et a rempli les formulaires nécessaires.

Van Themsche a voulu aussi des munitions, mais le commerçant ne disposait que de munitions de calibre 30.30 de la marque Remmington, utilisées principalement dans les stands de tir ou pour la chasse au gros gibier. "Ce sont des cartouches qui s'ouvrent une fois qu'elles ont pénétré le corps. Elles causent une petite blessure au point d'entrée, mais une grande à la sortie du corps. Leur objectif est de toucher un maximum de points vitaux, ce qui permet à l'animal de mourir plus rapidement", a expliqué le témoin.

Le président de la cour, Michel Jordens, l'a interrogé sur la question de savoir s'il avait demandé au jeune homme pourquoi il avait besoin de cette arme. "Non, a reconnu l'armurier. Je pensais qu'il venait peut-être de fêter ses 18 ans et qu'il se considérait désormais comme assez âgé pour acquérir une arme". Or, l'accusé possédait déjà un arsenal à son domicile, était-il apparu au cours d'une perquisition. Il possédait ainsi un fusil à chevrotine, trois fusils à pompe, une machette, une courte épée, sept couteaux, une catapulte, un coup-de-poing américain, deux pistolets contrefaits pouvant tirer des projectiles de 6 mm et plusieurs types de munitions. Certaines armes fonctionnaient encore, d'autres non.

D'autres témoins ont raconté avoir vu Hans Van Themsche se promener avec l'arme le jour des faits ou assisté aux fusillades. (Belga)