Division 4A

Bonneville de nouveau sur les rails

Les Bonnevillois ont remporté leur derby. Volontaires, ils sont venus à bout d'Andenne-SeillesB, une équipe en manque de cohésion.

Après deux défaites consécutives, Bon neville a décroché une victoire importante contre les Andennais. «Nous avons arraché la victoire dans les dernières minutes avec notre volonté. Le match était très difficile d'autant plus que nous étions seulement treize. Et durant le match, Larbi s'est blessé. Moi également», explique Nordine Bellil, le coach de Bonneville.

Bonneville est désormais cinquième du championnat. «Avec une défaite, nous aurions eu le moral au plus bas. Cette victoire nous relance dans la compétition», poursuit l'entraîneur de Bonneville.

Nordine Bellil peut être satisfait de la première période: ses hommes ont acculé les Andennais. Mais alors que le marquoir affichait 2-0, les Bonnevillois n'ont plus joué au football. Et les Andennais ont recollé au score.

Dans les vestiaires d'Andenne-Seilles B, le moral n'était pas au beau fixe à l'issue du match. Le coach, Kiell Mossaint a discuté avec ses hommes. Calmement et sans élever la voix. «Une erreur individuelle nous a coûté le nul. Mais ce n'est pas trop grave: nous ne perdons qu'un seul point», glisse Kiell Mossaint.

Mais le bilan des Andennais n'est pas brillant. En quinze jours, ils ont pris un point sur six: trop peu pour des prétendants au titre.

«Ma satisfaction? Mes hommes sont parvenus à recoller au score. Mais après dix minutes en seconde période, ils n'ont plus rien montré. Ce n'est pas une excuse, mais le début de la rencontre a été perturbé par le retard de plusieurs joueurs. Conséquence: Jérémy Sartori, blessé, a été obligé de débuter la rencontre», explique le coach.

À l'extérieur des vestiaires, un comitard andennais ne cachait pas sa déception. Le club a de grandes ambitions: sortir son équipe B de la 4e provinciale, se rapprocher de Coutisse et pourquoi pas créer une école de jeunes.

Le problème d'Andenne-Seilles B? Les joueurs manquent de cohésion. Chaque semaine, Kiell Mossaint reprend trois joueurs de l'équipe A (P1) dans son noyau comme l'y autorise le règlement de l'Union Belge. Mais le mélange ne prend pas toujours correctement. «Les entraînements des A et des B sont séparés. Nous devons trouver une solution. Samedi soir, les joueurs de l'équipe B ont bien joué. J'espère que les hommes de P1 suivront. Psychologiquement, ce n'est pas évident pour eux de descendre de niveau. Mais c'est le passage obligé pour retrouver une place en P1. À eux de savoir s'ils sont prêts à faire les efforts», conclut Kiell Mossaint.