ArcelorMittal menace de ne pas relancer le chaud à Ougrée

(photo Reporters)

La direction d'ArcelorMittal menace de ne pas relancer le chaud à Ougrée si les ouvriers continuaient de mener des actions sur les sites locaux. L'accord "âprement négocié" par les syndicats serait ainsi remis en cause.

Une rencontre a eu lieu ce jeudi matin entre la direction et les interlocuteurs sociaux d'ArcelorMittal à Liège. Joao Felix Da Silva, CEO d'ArcelorMittal Liège, a exprimé son mécontentement face aux diverses actions de grève qui ont lieu sur plusieurs entités du groupe sidérurgique, notamment à Flémalle ou Marchin.

Le CEO d'ArcelorMittal a brandi la menace de ne pas relancer le 12 avril prochain le haut-fourneau d'Ougrée (HFB), si les ouvriers ne mettaient pas un terme "dès ce jeudi soir" aux actions qui paralysent l'outil sur plusieurs entités locales du groupe.

Le Setca a réuni en fin de matinée ses affiliés afin de leur exposer la situation et de répondre à leurs questions. Pour Egidio Di Panfilo, "les choses sont claires : un accord a été signé, il doit être respecté tant par la direction que par les travailleurs, nous en appelons donc aux responsabilités de chacun. Cet accord a été âprement négocié en front commun, et il a été signé. La relance du chaud ne sera pas une affaire de quelques mois, nous sommes ici dans du long terme. Il s'agit du sort de pas moins de 600 emplois directs et de l'avenir de toute une région".

Avec Belga