Karel De Gucht fustige le protectionnisme américain

"L'idée qu'on puisse obtenir des avancées sans faire de concessions est une erreur. Et j'ai l'impression que le processus décisionnel est plutôt à l'arrêt aux Etats-Unis." (photo Reporters)

Karel De Gucht dénonce le protectionnisme américain. Notre ancien ministre des Affaires étrangères, désormais commissaire européen au Commerce, estime quasi inexistante la possibilité de parvenir à un accord cette année sur la libéralisation du commerce mondial, le fameux cycle de Doha.

Karel De Gucht a fait du cycle de Doha une de ses priorités majeures. Le nouveau commissaire européen au Commerce souligne la responsabilité de Washington dans l'enlisement des négociations. "Un des problèmes, c'est que nous ne savons pas ce que veulent exactement les Etats-Unis. Ils ne veulent pas d'avancées pour le moment, c'est clair", estime-t-il dans un entretien accordé au Tijd.

Les Etats-Unis réclament pourtant une plus grande ouverture des frontières des pays en développement aux produits américains mais ne formulent aucune compensation, dénonce-t-il. "L'idée qu'on puisse obtenir des avancées sans faire de concessions est une erreur. Et j'ai l'impression que le processus décisionnel est plutôt à l'arrêt aux Etats-Unis."

Notre compatriote fustige enfin la promesse du président Obama de doubler les exportations américaines en cinq ans. "Je ne vois pas comment on peut doubler les exportations si on n'a pas une approche de libre-échange. Le protectionnisme ne mènera pas à un doublement des exportations".

Avec Belga