« Avancer, c'est tout ce qui m'importe »

Maintenant, Jessica Bily souhaite partager du temps avec ses enfants. Elle a été décrite, non pas comme une bonne mère, mais comme une excellente mère. Son temps, elle veut le leur consacrer.

La prison et surtout le procès lui ont permis d'analyser son geste. Une thérapie dure et brutale qui l'a propulsée dans la réalité. Déterminée à se faire ligaturer les trompes, elle ne souhaite plus d'enfant. « Je ne veux prendre aucun risque. Je veux juste me consacrer aux miens » dit-elle presque en susurrant, le visage rougi par les larmes.

La thérapie qu'elle avait entreprise en prison continuera parce qu'il est clair, que désormais, Jessica a compris ce dont elle souffrait « Avancer. C'est tout ce qui m'importe » .