La Médiathèque en version illimitée

La Médiathèque en version illimitée

(photo EdA - Jacques Duchateau)

La Médiathèque a traversé une période difficile. Bien décidée à sortir la tête de l'eau, l'institution lance dès demain un concept très attractif : l'abonnement illimité.

N on, la Médiathèque de la Communauté française de Belgique n'est pas morte, que les ardents défenseurs de cette vénérable institution se rassurent. La crise du support CD et la percée du numérique ont bien laissé des traces. Mais pas suffisamment pour la mettre à genou. Après une profonde réflexion et une difficile mais nécessaire restructuration, la Médiathèque revient sur le devant de la scène et lance un nouveau concept, plutôt séduisant, qui devrait ramener les moutons égarés vers les rayons de l'association : l'abonnement illimité pour 20 € par mois.

Ces dernières années, la Médiathèque a été plongée dans le doute. Au point de pousser le comité de direction à se demander « si la Médiathèque pouvait encore être utile, si le modèle n'était pas révolu », confesse Claude Janssens, son directeur général. Mais « on n'a pas dû se forcer beaucoup pour trouver la réponse ». L'homme en est convaincu : la Médiathèque a toujours un rôle important à jouer. Une « mission de médiation et de décloisonnement ».

Car la Médiathèque, ce n'est pas un club réservé à un public de niche, exclusivement composé d'inconditionnels de musique alternative. « Le public de niche sait où aller. Notre rôle, c'est de décloisonner, faire partager l'information à tous les publics », rappelle Claude Janssens. Faire découvrir des artistes, des oeuvres au plus grand nombre, donc.

Une belle intention mais pas toujours accessible financièrement. Certains membres, désireux de découvrir de nouveaux auteurs, s'arrêtaient au moment de passer à la caisse : trop coûteux. Résultat, au mieux ils repartaient avec quelques CD, DVD ou blu-ray pour lesquels ils s'étaient déplacés. Mais pire, certains ne déambulaient tout simplement plus dans les allées de l'institution. Avec à la clé pour la Médiathèque, un sérieux manque à gagner.

Des difficultés financières qui ont poussé l'ASBL à se réorganiser. Sur les 17 Médiathèques que compte la Communauté française, 8 ont été « franchisées ». La gestion a été transférée au pouvoir local, communal. « Mais comme dans un système de franchisés, rassure Claude Janssens, nous leur assurons toutes sortes de services : entretien du réseau d'information, prospection, commandes, etc . » Une qualité de service préservée donc, mais avec une sérieuse épine (financière) ôtée du pied de la « maison mère ». Résultat, une santé retrouvée. « Le budget est aujourd'hui à l'équilibre . »

Et si le nombre de prêts continue à diminuer (une baisse de 15 % est prévue cette année), les premiers chiffres laissent présager d'une certaine embellie. « Il est trop tôt pour fanfaronner », ajoute, prudent, le responsable de la Médiathèque qui reconnaît d'ailleurs que l'initiative de l'abonnement est « un coup de poker ».

L'institution se donne trois mois, à compter de demain, pour tester le concept. Et définitivement sortir la tête de l'eau?

Vingt euros, puis c’est à volonté
L’abonnement sera lancé dès demain. Encore un peu de patience donc. Pour 20€ par mois, vous pourrez emprunter autant de supports (CD, DVD, blu-ray, vinyle, etc.) que vous le souhaitez. Seule restriction, vous ne pourrez en emporter que 10 à la fois. Mais rien ne vous empêche de vous rendre quotidiennement dans une des Médiathèques, de ramener les 10 supports empruntés la veille et d’en prendre 10 nouveaux. Et si vous n’êtes pas membre, en souscrivant à l’abonnement, vous ne devrez même pas payer la cotisation.