À Jérusalem en chaise roulante

Christine Calapristi et Léa ont pris la route de Jérusalem. Elles rentreront en Belgique en septembre. (photo EdA)

À du 10 km/h, il lui faudra 500 heures pour rejoindre la Terre Sainte, qu'elle compte rejoindre au mois d'août. Avec pour compagne sa petite Léa.

Christine Calapristi, d'Hastière, est infirmière à Louvain-la-Neuve. Elle est atteinte de myopathie et a décidé de se rendre en Terre Sainte en chaise roulante. Pour l'accompagner, il y aura son chien, sa fidèle Lea avec laquelle elle a déjà fait le chemin vers Saint-Jacques de Compostelle il y a cinq ans.

Pour son départ à Hastière, il y avait beaucoup d'amis mais aussi le doyen de Dinant, l'abbé Goffinet, pour une dernière cérémonie religieuse avant le départ de la quadragénaire. Une cérémonie toute simple. Comme si elle partait en balade. Une grande balade, en fait.

Après la courte cérémonie religieuse, elle a troqué son habituelle chaise roulante qu'elle meut habituellement à la force des poignets par une chaise roulante électrique tractant une cage roulante destinée à véhiculer son barda la journée et à servir de dortoir à Léa la nuit.

Plus de 5 000 kilomètres

Christine a pris, hier, la route vers la Terre Sainte où elle espère arriver sans encombre le 31 août, après avoir traversé neuf pays : Belgique, Allemagne, Autriche, Hongrie, Serbie, Bulgarie, Turquie et Syrie. À du 10 à l'heure, elle en a pour 500 h.

Lundi soir, elle logeait à Marche-en-Famenne. Fin de semaine, elle franchira la frontière belgo-allemande.

Pour ce pèlerinage sur le chemin de la paix vers Jérusalem, Christine emporte 55 kg de bagages y compris les croquettes de son chien. En chemin, le cinéaste qui va enregistrer son périple et qui la rejoindra une première fois sur le site de l'ancien au camp de concentration de Dachau la fournira en nourriture pour son chien. Sur la cage flotte un drapeau blanc barré des couleurs nationales belges. C'est un torchon dont la couleur blanche rappelle la paix et les couleurs nationales son pays d'origine. À du 10 à l'heure, elle en a pour 500 h.

Christine ne sait pas où elle logera chaque soir ; raison pour laquelle elle emporte une tente bien arrimée sur la cage. Dans ses nombreuses poches, elle a fourré tout ce qu'elle pouvait. Jusqu'aux bouchons de ses béquilles...

Dimanche, elle a fait de nombreux derniers essais de pilotage de sa chaise et s'est rendue compte qu'elle emportait trop de kilos. De 110, elle en a enlevé quasi la moitié. C'était plus sage, surtout pour bien retenir le fauteuil roulant dans les descentes.M. M.

Si vous souhaitez l'encourager, vous pouvez lui récrire sur calapristi.christine@skynet.be. Le message s'affichera sur son GSM.