Même pas une écharpe du Standard

Delperée ne comprend pas la "simplification" énoncée. (photo Belga)

On pourrait interdire le port de signes religieux dans des écoles où on enseigne la religion ! Justifications d'un constitutionnaliste.

M. Delperée, l'État belge n'est pas laïc. Alors, peut-on interdire le port de signes convictionnels au nom d'une neutralité qui, pourtant, donne sa place à toutes les convictions?
Le service public doit répondre à des règles claires. Si je vais au bureau de poste, je ne m'attends pas à ce que l'employé porte un foulard rouge, une croix ou un drapeau bleu avec MR dessus. Cela démontre une forme d'adhésion à un courant politique incompatible avec la neutralité.

Cette neutralité du service public concerne-t-elle aussi les services annexes, comme les hôpitaux?
Je résonnerais de la même manière. Mais on peut concevoir une différence entre les gens qui sont en contact avec le public, au guichet, et ceux qui travaillent dans l'administration, au troisième sous-sol.

Dans l'enseignement public, on vise la même neutralité.
Oui, parce que si vous êtes professeur, vous transmettez par votre attitude un message et vous influencez. L'enseignant doit s'abstenir de tout signe religieux, politique ou même sportif. Il ne peut pas venir en classe avec une écharpe du Standard.

Le voile, considéré comme un signe religieux, peut donc être interdit.
Oui bien sûr, c'est un signe convictionnel et l'administration doit être ouverte à tous. Mais même si certains le considèrent comme un simple couvre-chef, on peut aussi interdire de porter un chapeau en service.

Par contre, dans les écoles de l'État, on peut quand même donner des cours de religion.
Ça, c'est un compromis du XIXe siècle, à un moment où il fallait étendre le réseau public. Ça a été accepté à condition que l'enseignement de la religion se fasse dans l'école. Et c'est repris dans l'article 24 de la Constitution en 1988 : les écoles organisées par les pouvoirs publics sont tenues d'offrir le choix entre les religions reconnues.

Donc, dans une école de l'État, on ne pourrait pas porter un signe religieux mais on peut enseigner la religion. C'est quand même un paradoxe!
Je ne pense pas. Et puis, les professeurs de religion sont désignés par les représentants des cultes eux-mêmes.

Et la laïcité, est-elle aussi considérée comme un élément convictionnel?
Oui, c'est un principe confessionnel puisqu'elle est subsidiée. Donner des cours de philosophie à la place des cours de religion ne changerait rien. C'est pourquoi certains parlent de cours de civisme.

Le principe de laïcité ne figure pas dans la constitution belge, mais certains rêvent de l'y inscrire?
Quand j'entends monsieur Ducarme dire qu'il faudrait inscrire le principe de laïcité dans la constitution, soit il revendique l'indépendance entre l'Église et l'État, qui y figure déjà en toutes lettres et il ne sait pas lire, soit il vise la laïcité à la française. Mais dans ce cas, c'est une bombe car c'est saper les fondements mêmes sur laquelle la Belgique s'est bâtie.

+ Prolongez l’info dans Vers l’Avenir, L’Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce jeudi 18 mars