Mahinur Ozdemir: "Les mentalités ne sont pas prêtes"

Mahinur Ozdemir: "Les mentalités ne sont pas prêtes"

La députée bruxelloise reste prudente sur le sujet mais n'est pas pour l'interdiction. (photo Reporters)

Mahinur Ozdemir estime qu'interdire le voile relève de la même intolérance que l'obligation de le porter.

Mahinur Ozdemir, vous êtes parlementaire cdH et vous portez le voile. Interdire le voile à l'école, vous êtes résolument contre?
J'ai porté le voile à 14 ans de manière libre et consentie. J'étais dans une école catholique où c'était interdit. Mais on avait un petit endroit avec un miroir où on pouvait le remettre en sortant. C'était un bon compromis.

Mais certaines sont obligées de porter le voile...
Oui, j'en connais. Et je suis contre. On ne peut obliger personne à porter le voile. Et ce pour n'importe quel prétexte. Mais, de la même manière, on ne peut obliger personne à le retirer non plus. Ça relève du même état d'esprit, de la même intolérance. Interdire est un mot qui me fait peur parce que ça implique automatiquement une restriction des libertés.

Mais les petites filles qui vont à l'école voilée...
Se pose effectivement la question de l'âge. C'est sûr qu'on peut se demander s'il ne faudrait pas légiférer pour l'école primaire. Mais à partir de 12 ou 14 ans, les jeunes filles sont capables de discernement. Ça dépend aussi de leur maturité. Mais est-ce qu'on demande à une jeune fille de 14 ans si elle se sent apte à utiliser la pilule?

En ce qui concerne l'interdiction pour les profs de porter le voile, vous trouvez ça plus logique? Il y a ce fameux rapport de hiérarchie tout de même qui peut induire une pression sur les élèves...
Je pense effectivement que les mentalités ne sont pas prêtes pour accepter ça. Et je crois qu'on n'échappera pas à une législation sur la question. Cela dit, j'ai connu certains profs qui faisaient de la propagande alors qu'ils ne portaient pas le voile. Y a-t-il une pression sur les élèves ? Oui, peut-être parce que certaines élèves ne comprennent pas qu'elles ne peuvent porter le voile alors que leur prof peut. Le problème, c'est que dès qu'un prof porte le voile, il y a immédiatement suspicion. Que les profs de religion fassent du prosélytisme, on peut l'imaginer. Quant aux autres...

+ Prolongez l’info dans Vers l’Avenir, L’Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce jeudi 18 mars