Notre sondage exclusif : le PS renforcé par la crise

Tout baigne pour le PS. Les socialistes (re)font le plein de voix en Wallonie. Le MR continue à s’éroder. Le cdH est très stable. Et c’est la fin de la lune de miel pour Écolo.Tels sont les conclusions de notre sondage politique semestriel commandé à  l’institut Dedicated Research (*).

Face à la crise, le paysage politique wallon s’est figé, accroché, bétonné autour du PS.

Les socialistes recueillent 33,1 % d’intentions de vote, soit une hausse de +2% par rapport à notre sondage de septembre 2009, et +0,3% par rapport à l’élection régionale de juin 2009.

Tous les indicateurs de notre sondage sont à également l’embellie pour le (presque) éternel premier parti wallon, notamment sur le plan de la popularité et de la confiance envers Elio Di Rupo, son président (83% et 60%).

Si pour le PS, tout baigne, l’avenir se profile un peu moins rose pour les trois autres principaux partis.  

Les intentions de vote:

GED
(Cliquez pour voir le pdf en grand)

La lune de miel électorale d’Écolo est terminée. C’est l’autre grand enseignement de notre sondage. Avec ses 18,6 % (-2,9% par rapport à notre sondage de septembre 2009), les Verts reviennent à leur score de juin 2009. Mais ils affichent des indicateurs moins vitaminés que par le passé en termes de satisfaction de l’électorat et de popularité.

Le cdH affiche imperturbablement un résultat autour des 16,9 %.Un +0,3% par rapport à notre sondage de septembre 2009 qui indique une grande stabilité.

Le MR continue de subir une lente érosion.Il recule cette fois à 21,5 %, soit -1% par rapport à notre sondage précédent, et près de – 2% par rapport à juin 2009.

Le PP (le Parti populaire de Modrikamen) est quasi inexistant sur l’échiquier. Il est évalué à seulement 1,7 %. Pas de quoi, à ce stade, grignoter l’électorat libéral. 

Le FN, parti d’extrême-droite, se maintient à 3,3%.

Autre représentant de cette extrême droite, l’obscur parti « Wallonie d’abord »séduit un rien plus (2,1 %, +0,9%) par rapport à notre précédent sondage.

Le Rassemblement Wallonie France (RWF) ne récolte toujours qu’1 pauvre % de voix.Les petites disputes au sein du parti de Paul-Henry Gendebien n’aident pas. Et l’épouvantail que peut représenter Sarkozy pour nombre de Wallons manifestement bien accrochés à gauche, non plus.

Des Wallons à gauche sans l’être « trop » : le PTB reste calé à 1,1 %.

Intentions de vote, confiance envers les présidents de partis, politiciens décevants ou reconnus… Retrouvez nos résultats, infographies et analyses dans les quotidiens L’Avenir, Le Jour et le Courrier, ce lundi 15 mars. 

(*) Sondage réalisé pour les quotidiens des Editions de l’Avenir (L’Avenir, Le Jour et Le Courrier) par l’institut de sondage Dedicated Research.
Effectué par téléphone du 3 au 8 Mars 2010, sur un échantillon strictement représentatif de 600 électeurs de Wallonie. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 5 provinces que compte la Wallonie (Hainaut, Liège, Namur, Brabant Wallon et Luxembourg).
La sélection des répondants a été réalisée aléatoirement dans les annuaires téléphoniques, dans le respect des quotas sur les principaux critères sociodémographiques (sexe, âge, actifs/non-actifs, …) et répartie de façon représentative entre les provinces de Wallonie.
Il a été tenu compte des personnes qui ne disposent plus que d’un téléphone portable: 15% des enquêtes ont été réalisées sur des numéros de téléphones portables.
79,2 % des personnes sollicitées ont accepté de répondre aux questions de nos enquêteurs.
La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de 4.0 % sur l’échantillon total.