Deux policiers ivres: la video qui les trahit

Deux policiers ivres: la video qui les trahit

(photo EdA)

Au laetare de Sart-Tiège (Jalhay), dimanche, deux policiers ont abusé de la boisson. Leurs frasques se sont retrouvées sur internet.

L’affaire s’est déroulée dimanche dernier, au laetare de Sart-Tiège. Au niveau du rond-point de Tiège, donnant l’accès à l’autoroute E42, deux policiers sont chargés de surveiller les allées et venues, puisque la route est barrée en raison des festivités carnavalesques.

Seulement, au fur et à mesure que l’après-midi avance, ils ingurgitent un bon nombre de boissons alcoolisées. Après quelques heures, leur comportement trahit un état d’ébriété manifeste. Immédiatement, le chef du service vient sur les lieux et les remplace par d’autres agents.

Le souci, c’est que de nombreux fêtards se trouvent aux alentours. Et le phénomène est devenu quasi inévitable: les GSM sont dégainés et filment rapidement la scène. Rapidement, les vidéos sont mises en ligne sur le site YouTube et les internautes s’en donnent à cœur joie.

Plus de 3.000 lectures de l’une de ces vidéos ont d’ores et déjà été effectuées. Sur ce film, plutôt révélateur de leur état d’ébriété, l’un d’entre eux chute véritablement à même la route, qui est en fait la bretelle de sortie d’autoroute. L’autre exécute quelques pas de danse aux alentours. Sur une autre vidéo, ils titubent allégrement.

Le chef de la zone de police Fagnes, le commissaire divisionnaire Jean-Marie Paquay, ne nie absolument pas les faits. «Ce sont effectivement des agents de chez nous. Deux policiers sont concernés».

Des sanctions

Il ajoute que «nous n’avons pas attendu que des vidéos arrivent sur internet pour réagir. Ils ont immédiatement été remplacés. Le lundi matin, ils étaient dans mon bureau. Je tenais à ce que les choses soient claires: on ne boit pas en service. Aucun écart n’est toléré, affirme-t-il. Il m’est déjà arrivé de donner des sanctions pour ivresse en dehors du service, lorsque des écarts de comportements avaient été constatés. C’est intolérable, un point c’est tout.»

Les deux agents sont encore en activité. «Il n’y avait pas de raison de les suspendre, puisqu’il n’est heureusement rien arrivé de grave. Ils n’ont pas sorti leur arme par exemple, ni provoqué de bagarre». Les instances supérieures et disciplinaires de la police ont été saisies par le commissaire divisionnaire. Elles prendront les mesures disciplinaires qui s’imposent. Lesquelles? «Je ne sais pas, mais ce pourrait être très grave».



GED

+ Prolongez l'info dans Le Jour Verviers de ce samedi 13 mars


Nos dernières videos