Après dix ans de silence, Sade Adu fait son retour . Avec un disque de soul-pop suave, dans la totale continuité des précédents.

Lorsque les championnes de tennis reviennent à la compétition, il y a un effet de curiosité. Puis on redécouvre assez vite leur façon de jouer, leurs tics, leurs attitudes, leur façon de répondre aux interviews. Et on constate que rien a changé.

C'est un peu le même phénomène qui se passe avec Helen Folasade Adu, alia Sade, 51 ans désormais et qui se présente exclusivement de dos sur une pochette sombre et dans une ambiance mythologique (est-ce vraiment elle, tant la photo est stylisée ?).

Petit historique. Sade est au départ un groupe qui s'est peu à peu formé à Londres début des années 80. Une formation vite éclipsée par le charisme de sa chanteuse anglo-nigériane, laquelle était au départ mannequin et créatrice de mode avant de devenir aussi choriste du groupe Funk Pride.

La carrière de Sade démarre en trombe en 1984 avec le succès fulgurant de l'album Diamond Life dont on n'a pas oublié les tubes Smooth operator et Hang on to your love . La pop soul-jazz épurée et intimiste du groupe séduit, en contrepoint total avec la New Wave qui bat son plein et occupe les vitrines des maisons de disque.

Suivront, outre les compilations et disques « live », quatre albums « studio » : Promise en 1985 (avec le single The Sweetest taboo ), Stronger than pride (1988), Love de Luxe (1992) et Lovers rock (2000).

Même si les ventes sont restées monstrueuses (75 millions d'albums écoulés dans le monde au total), la popularité de Sade a peu à peu diminué. Qui s'était vraiment rendu compte de ce qu'elle avait disparu de la circulation ces dernières années ?

Son retour a été savamment orchestré. Près de dix ans de pause-carrière, c'est une bonne raison de revenir à la « compétition », et surtout le délai nécessaire pour recréer un effet de nouveauté et séduire de nouvelles générations. D'autant qu'avec le récent succès de l'album de reprise de Seal, la soul-pop glamour et consensuelle semble séduire en masse les acheteurs.

Qu'a fait Sade Adu durant toutes ces années ? Elle a officiellement élevé sa fille Ila âgée aujourd'hui de 13 ans. Elle s'est retirée dans la campagne anglaise. « Je ne suis pas solitaire, mais je préfère passer du temps avec les gens qu'avec les journalistes », aurait-elle un jour déclaré (une joueuse de tennis n'aurait pas dit autre chose).

Elle a elle-même produit son nouveau disque Soldier of Love et cosigne la plupart des chansons. L'album a été patiemment enregistré en 2008 et 2009 dans le studio anglais de Peter Gabriel, avec Stuart Matthewman et Andrew Hale, qui sont ses complices depuis 1983.

« Sade n'est pas une marque, dit-elle aussi, je ne fais des disques que lorsque je sens que j'ai quelque chose à dire . » Le nouveau disque n'apporte rien de bien neuf par rapport à ses créations antérieures. Toujours la même voix de velours, le même genre de mélodies. Sade devait être bien isolée dans sa campagne, car aucune nouvelle tendance, aucun son récent ne semble avoir percolé ! X. D.