MAGAZINE

Le jour où Patrick Haemers a enlevé VDB

« Ce jour-là » revient ce soir sur l'enlèvement de l'ancien Premier ministre, Paul Vanden Boyenants. Une affaire qui a fait couler beaucoup d'encre à l'époque.

Le 14 janvier 1989. Ce jour-là, Paul Vanden Boyenants, Premier ministre à deux reprises, est enlevé. C'est sa femme, inquiète de ne pas le voir revenir et de ne plus avoir eu de ses nouvelles depuis plusieurs heures, qui donne l'alerte.

Aussitôt, les recherches se mettent en place. Mais qui peut bien en vouloir à l'homme à la pipe. Rapidement les hypothèses les plus folles circulent. On évoque un acte commis par des séparatistes de gauche comme les Cellules communistes combattantes, les fameuses CCC. L'enlèvement serait de nature politique, à l'image de ce qui se passe à l'époque en Allemagne ou en Italie avec les Brigades rouges.

D'autres pensent à des truands qui en voudraient à l'entrepreneur VdB, fils de boucher ayant fait fortune.

Mais la piste du règlement de compte est aussi avancée. Le Bruxellois aurait eu des relations dangereuses avec le crime organisé. On craint qu'il ne parle. Il s'agirait donc d'un règlement de comptes.

Un mois après son enlèvement, et après le versement d'une caution, Paul Vanden Boyenants est relâché à Tournai. Amaigri, affaibli et fort marqué par un mois de captivité, l'homme se retire chez lui, puis en Afrique du Sud, chez son ami Aldo Vastapane pour se reposer.

À peine libéré, la police découvre enfin le vrai coupable : Patrick Haemers et sa bande, dont le voisin de l'ancien homme fort du CVP.

Ce jour-là revient ce lundi soir (au lieu du samedi auparavant) sur cette affaire aux allures de polar qui a secoué la Belgique à la fin des années 90.

La Une, 22.25