PEOPLE

De Wever à la botte de Miss Belgique: Cilou Annys piétine une photo de Bart De Wever sur NRJ

De Wever à la botte de Miss Belgique: Cilou Annys piétine une photo de Bart De Wever sur NRJ

Cilou a plutôt été attristée par les réactions de certains internautes. Mais tentera de représenter la Belgique au mieux. (Photo NRJ)

VIDEO ACTU24 | Cilou Annys est atterrée par les commentaires indignés sur sa photo avec Bart De Wever. Elle nous a offert le café dans la Maison des Miss Belgique qu'elle va occuper un an. Nous l'avons sentie plutôt dépassée. Et sans doute un peu victime. Mais elle a su rebondir très vite. Sur Bart De Wever lui-même!

Le pavillon cossu de Berchem-Sainte-Agathe, banlieue du nord bruxellois, ressemble à une maison témoin. Bien meublé, mais sans âme. Blanc, mais par défaut. Rien dans le salon de la Maison des Miss Belgique, si ce n’est l’indispensable méridienne : pour poser. Rien dans la cuisine si ce n’est l’indispensable machine Senseo: pour abreuver les journalistes, principaux visiteurs. Partout, des robes de soirées sous plastique qui reviennent du nettoyage à sec, des écharpes noir jaune rouge, des magazines à la gloire de l’occupante et des portraits de celles qui l’ont précédée. Rien encore ne distingue ce grand salon des photos du catalogue Ikea. Ni photos de famille, ni bouquins, ni vaisselle salle. La patine des superbes tables de chêne n’est pas du fait de la nouvelle locataire. Mais une paire de bottes de fourrure Hug, tache rose pâle sur le paillasson, rassure: Cilou Annys ne marche pas toujours sur les hauts talons qui lui donnent une tête de plus que le journaliste belge moyen.

Quand elle s’installe derrière notre ordinateur pour chatter, la toute fraiche Miss Belgique fronce les sourcils, serre les dents et retrousse le coin des lèvres. Angoissée, Cilou sait que les internautes lui reprochent sa photo avec Bart De Wever dans P-Magazine. Certains demandent sa démission, d’autres l’insultent, pointent une feinte naïveté ou s’offusquent, lui intimant de rester en Flandre. Cilou veut réellement s’expliquer face à ses attaques qui l’effrayent.

«Elle est atterrée, explique l’attachée de presse du comité Miss Belgique. Ces réactions la touchent vraiment. Mercredi, on a suivi les commentaires sur internet. On lui conseille d’oublier. Mais en soirée, Cilou a encore surfé pour voir ce qu’on disait d’elle.»

Honnêtement, la jeune femme de 18 ans donne vraiment l’impression d’être dépassée. Elle paye peut-être son inexpérience des médias et sans doute un brin d’ingénuité. «Sur cette photo, je représente la Belgique, répète-telle, les yeux brillants. Je ne partage pas les idées de la N-VA. Le geste de Bart De Wever est donc symbolique puisqu’il coupe mon écharpe, donc la Belgique. Et puis cette photo aurait été la même si une francophone avait été élue».

Miss Belgique piétine encore

Malgré ces excuses et les interprétations communautaires a posteriori, on ne peut s’empêcher de penser que Cilou n’y est pour rien dans la mise en scène orchestrée par P-Magazine. Plus que par son patronyme, elle nous rappelle une candide France Gall chantant sans malice les sucettes à l’anis de Serge Gainsbourg.

Par contre, on se demande quand même comment le Comité Miss Belgique a pu laisser faire. Il s’agit au mieux d’une maladresse. «Historiquement, c’est P qui publie les premières photos de la Miss, explique l’attachée de presse. Or le nouveau rédac chef de P veut désormais des unes qui illustrent un sujet politique traité à l’intérieur, et plus de filles qui posent dans le vide. D’où cette idée. Bart De Wever lui-même n’était pas plus motivé que ça. D’ailleurs, il avait tellement chaud sous les spots qu’il transpirait à grosses gouttes.»

On sait surtout que De Wever sue sang et eau pour accaparer l’attention des médias. Et qu’il réussit une fois encore son coup: les spots restent tournés vers lui depuis deux jours pour un cliché dont il jurera ne pas être responsable. Et qu’il estimera sans doute humoristique. Un humour retourné contre lui par sa victime à écharpe ce jeudi: Cilou a posé pour NRJ drapée de l’étendard national, De Wever sous les talons. Et elle n’avait pas ses bottes Hug pour atténuer la douleur.