Albert Daffe, président de l'Association Interprovinciale Francophone et entraîneur de Valérie ces dernières années à Yvoir en Nationale 1, ne conteste pas la décision de la Namuroise d'avoir opté pour les États-Unis. «C'est un choix sportif mais aussi un choix de vie. Personne en Belgique ne pouvait rivaliser avec ce qu'on lui propose aux États-Unis. Les moyens déployés là-bas sont énormes. Elle va pouvoir combiner des études universitaires avec le sport de haut niveau au quotidien» . Valérie affiche déjà un niveau de jeu très élevé, mais elle a encore beaucoup à apprendre selon A. Daffe. «Notamment au niveau de la puissance et de la régularité, point faible de tous les jeunes. Valérie est pétrie de talent et capable d'endosser un rôle de leader quand nécessaire. Elle est très forte au niveau Nationale 1 en Belgique et international chez les jeunes, mais il y a encore un fossé avec le niveau professionnel chez les dames . Mais Valérie est une fille mature, très concentrée et motivée par ce qu'elle fait.» En attendant, la Namuroise va être fêtée comme il se doit vendredi à l'occasion du soup er de fin de saison de son équipe de Nationale 3 à Namur Volley. «Ils m'ont déjà prévenus que ce serait une fête surtout pour moi», se réjouissait-elle.