JEAN-FRANCOIS THÉÂTRE

«On teste le recyclage des châssis de fenêtres»

«On teste le recyclage des châssis de fenêtres»

© EdA

Vous annoncez deux nouvelles activités?Le démantèlement et le recyclage des châssis de fenêtres sur le territoire de la province.

Cette activité est toujours en phase de tests et est susceptible d'occuper au minimum trois personnes à temps plein et probablement six à l'avenir. On prévoit aussi de faire du nettoyage d'immeubles après sinistre.

Qu'est-ce qui a motivé votre engagement envers cette société qui était au bord de la faillite?

C'est justement cette gestion de crise, le redressement de l'entreprise. On est au pied du mur, les mauvaises nouvelles qui s'accumulent et on pourrait se décourager. Il faut savoir supporter tout cela. J'avoue avoir eu quand même des moments de doute et de découragement.

Un peu plus de huit mois de travail et vous annoncez déjà un budget en boni?Cela n'a pas été facile et il fallait faire vite : Une forte restructuration interne, changer la manière de travailler, changer les mentalités, réduire malheureusement le personnel et augmenter la productivité. À côté, développer de nouvelles activités. Cela a été une période difficile aussi pour le personnel à qui j'ai dit fin d'année 2010 qu'on allait vers l'inconnu.

Est-ce le but d'une entreprise d'économie sociale marchande de faire du bénéfice?En tout cas avec moi, oui! Ce qui est important c'est la destination du bénéfice.

Dans le cas présent cela reste dans l'entreprise. Cela permet d'améliorer les conditions de travail et de réengager du personnel qui est l'objectif de la société Sitelux.

L.T.