Des gants de toilette à la place de torchons

Une première grève sera effective, jeudi prochain, le 12 mai, pour le service de l'entretien sanitaire, qui compte une centaine de personnes. Cela pourrait avoir des répercussions, comme sur les salles d'opération, qui ne devraient donc pas être nettoyées et désinfectées...

«C'est là que la situation est la plus aiguë, la plus critique », soulignent les représentants syndicaux. Ils évoquent l'absence de gestion parce qu'il n'y a plus de responsable du service : «La personne qui l'était est partie, lasse du manque de moyens matériels. Et c'est carrément la directrice générale qui s'en occupe, comme si elle n'avait pas autre chose de plus important à faire pour gérer l'hôpital.» Pas de gestion? Manque de matériel? «Un audit réalisé par une société extérieure, qui a coûté 10 000 ¤ aboutit aux mêmes conclusions que ce que nous réclamons depuis 14 mois, en vain. Pour citer un exemple, il n'y a plus assez de torchons en microfibre. La direction estime que c'est à cause de vols et refuse d'en racheter. Or l'audit a montré que cette situation était due au fait que des torchons usagés avaient été déclassés par la société extérieure chargée de leur nettoyage. En attendant, comme il n'y a plus assez de torchons, des chambres ne peuvent pas être lavées. Et dans certains services, on nettoie avec des gants de toilette jetables, comme préconisé par la directrice.»