SAINT-GEORGES

Piscine : les travaux avant les subsides

Les travaux pour contrer une fois pour toutes le problème de légionellose à la piscine de Saint-Georges pourraient débuter plus vite que prévu. C'est en tout cas ce qu'il ressor t de la réponse d'une question parlementaire posée hier au parlement wallon par Christian Noiret.

Le député saint-géorgien a interrogé le Ministre des infrastructures sportives à propos de la situation de la piscine de Saint-Georges.

Le coût du chantier de réfection est estimé entre 20 et 25 000 ¤. Une somme que la commune ne peut les envisager sans un subside régional.

Le Ministre André Antoine a indiqué qu'il allait autoriser la commune à faire usage des dispositions prévues par le décret de novembre 2005. Ce décret prévoit qu'en situation d'urgence, la commune peut entamer les travaux de réfections avant même l'aboutissement du dossier administratif de demande de subvention. Cette situation étant régularisée par la suite sur le plan administratif.

Une réunion devrait se tenir aujourd'hui au cabinet Antoine en présence du bourgmestre Dejon, afin de plancher sur le dossier.

Christian Noiret a également invité le Ministre Antoine à envisager et développer des solutions structurelles pour faire en sorte que des frais et investissements pour des piscines publiques situées sur des petites communes, mais utilisées par des habitants issus d'horizons bien plus larges, ne reposent pas uniquement sur les finances des communes où sont situées ces piscines.

J-L.T.