MARCHETRIBUNAL CORRECTIONNEL

Je t'aime quand je veux : un an avec sursis

Relations houleuses entre deux ex : il écope d'un an avec sursis pour une série de méfaits, entrave méchante, harcèlement, etc.

Hormis pour la violation de domicile de son ex-femme avec laquelle il a été marié sept ans, il est condamné à un an de prison avec sursis de trois ans pour toutes les autres préventions.

Parmi les méfaits, une course-poursuite avec entrave méchante de la circulation, des coups à son ex, des menaces, un harcèlement.

Drôle de couple. Séparés, ils se voient encore souvent, notamment pour les enfants, fêtent les réveillons 2010 ensemble, couchent encore ensemble à la Saint-Valentin. Mais Monsieur est jaloux, malgré le divorce, et il surveille Madame, condamne ses fréquentations. Elle, de son côté, joue au jokari avec lui, l'acceptant quand ça lui plaît. Elle aussi maintient le «lien» : 245 sms envoyés en quelques mois. Mais le jeu ambigu de Madame n'a pas fait ployer la présidente Francine Bleret : elle a suivi la réquisition du parquet, sans y mettre cependant de conditions probatoires. E. Lk.