article abonné offert

NAMUR

Comme une moto, dans les tournants

La délégation des provinces de Namur et de Luxembourg a parcouru quelques centaines de kilomètres en train pendulaire, entre Genève et Milan. L'occasion de se rendre compte du confort de pareil convoi, qui se penche dans les courbes et peut donc les prendre à grande vitesse. Ce serait utile sur les tronçons les plus au Sud de la ligne Bruxelles-Luxembourg, où on dénombre une dizaine de tournants importants, vu le relief. Avec un angle de 8 degrés d'inclinaison, on pourrait les prendre à pleine vitesse, d'où les minutes gagnées sur le trajet. Entre la Suisse et l'Italie, cela se cabre également. Pour l'avoir vécu, on peut vous dire qu'assis, alors que le mastodonte de métal se penche comme le ferait une moto, la sensation est plutôt agréable. Par contre, beaucoup de passagers ne supporteraient pas de voyager debout, au risque d'être malade. Le «Pendolino» testé en ce début de semaine a été fabriqué par la firme Alstom. François Bellot, le gouverneur de la province de Luxembourg Bernard Caprasse et les autres voulaient tout savoir du système. Ils ont été jusqu'à Savigliano (banlieue de Turin) pour visiter le centre de compétence de la multinationale Alstom pour la technologie pendulaire. Là, on leur a expliqué qu'il s'agit de la meilleure alternative pour augmenter la vitesse sur une ligne, sans consentir les énormes investissements que nécessitent les TGV. Une voie «normale», avec quelques aménagements, peut ainsi entrer dans le maillage européen interconnecté, et qui le sera toujours davantage. Alstom veut évidemment vendre ses produits, il a profité de la présence de la délégation pour souligner qu'il est le seul à proposer un système pendulaire «actif», de la dernière génération. Les convois anticipent les courbes et se mettent déjà en position «d'attaque» avant de les aborder. De nouveau comme une moto.