GRAND-DUCHE

Esch qui rit, Esch qui pleure

À quatre journées de la fin du championnat, les deux clubs d'Esch, seconde ville du pays, ont connu des destins opposés. Vendredi soir, la Jeunesse a sans doute abandonné ses espoirs européens. Elle a subi une étonnante défaite face au RFCU, sa première de l'ère Grandjean. Ce sont deux anciennes connaissances qui ont terrassé le champion en titre : Gaël Hug et l'ancien de Jamoigne Rani. Dans les arrêts de jeu, le premier nommé a subtilisé le cuir sur un coup franc eschois mal donné et a lancé le second vers le but victorieux (0-1). Sébastien Grandjean avait raison de ne pas s'enflammer lors de la victoire face au F91. Les récents résultats vont plutôt dans le sens d'une baisse de régime dudelangeoise que d'une vigueur retrouvée du côté de la Frontière. En attendant, si la Jeunesse veut monter sur la scène continentale, la coupe semble la voie la plus indiquée. L'autre club eschois, le Fola, a lui réveillé ses ambitions. Il s'impose sans coup férir à Differdange (0-3) et profite du nul blanc de Kaerjeng à Grevenmacher pour prendre la seconde place. Pour Aurélien Joachim et ses équipiers, ce premier mai semblait bien être un jour férié. «La victoire du Fola, plus fort techniquement, est logique », admet le coach differdangeois Maurice Spitoni. Dans l'autre camp, l'ancien Dudelangeois Ronny Souto a littéralement porté les siens vers le succès. Jeff Strasser semble en passe de réussir sa mission.

J.-M. R.