article abonné offert

PROVINCIALE 1

Warnant n'a pas sa cerise, mais est content

Warnant n'a pas sa cerise, mais est content

© MASSON

Ah, ce maudit match à Cointe (1-1) où les Verts ont assurément laissé filer le tour final. Et pour peu, ils s'en mordent toujours les doigts. Pour preuve, ce dimanche, les Warnantois sont redescendus dans leur vestiaire la tête basse. Pourtant, ils avaient gagné. Mais Blégny aussi. Assis sur leur banc, ils ne pipaient mot. La sono qui d'habitude vous gonfle le tympan a mis plus d'un quart d'heure avant de démarrer. C'est tout dire. Christophe Lonnoy lançait simplement. «On perd le tour final. Mais je suis fier de mes joueurs. Ils ont tout de même passer le cap des cinquante points. J'ai essayé, face à Trooz, de rendre hommage aux garçons qui vont quitter le club en les alignant. Garcia, blessé, n'a pas joué. Il a donné le coup d'envoi. Car le collectif doit toujours primer dans une équipe de football à l'image de Blégny, le champion qui l'a bien compris. Je suis vraiment fier de notre deuxième tour. J'avais dit aux gars qui s'en allaient qu'ils pouvaient le faire en regardant droit dans les yeux le comité. Parce qu'ils avaient fait leur boulot. Ils l'ont compris. Je remercie mon adjoint Roland Morias qui m'a bien aidé. Mais aussi un comité exceptionnel avec des gens respectables. Cela dit, un petit match en plus ne m'aurait pas déplu.» Le président Houssa n'hésitait pas, au terme de la rencontre, de ra féliciter son coach. «Je ne ressens aucune déception, avouait-il. Je suis heureux de terminer à la sixième place. Je signerais déjà maintenant pour qu'il en soit de même la saison à venir. Chapeau à notre entraineur qui nous a sortis de cette quinzième place pour nous replacer parmi les meilleures phalanges.» Dommage de ce début de saison plus que cahotique. «Je n'en veux pas à Manu Heine, poursuivait-il. Je ne ressemble pas au président de Cité Sports.»