Est-ce parce que le maintien était annoncé depuis plusieurs semaines? Ou alors parce que cet objectif minimal ne correspondait pas aux attentes des joueurs? Toujours est-il que les Fleurusiens n'ont pas montré une joie extraordinaire à l'issue de la rencontre face à Verviers. Le 1-0 assurait pourtant une saison supplémentaire en D3. «Cela a été un match difficile, avoue Roch Gérard, un entraîneur pas plus emballé que ses joueurs. Nous avons souffert surtout en deuxième période. Nous avons heureusement ouvert le score sur une de nos seules phases intelligentes et bien conçues. Les gars ont fait leur travail sur un terrain difficile et pourtant on sent la fatigue bien présente. Et il y a des blessures qui traînent.» Le coach pourra ménager tout son petit monde pour le dernier match de la saison. «On pourra aller à Liège sans avoir le couteau sous la gorge. C'était aussi l'objectif ce dimanche. On a montré l'état d'esprit qu'il fallait. Ce maintien nous procure évidemment un sentiment de fierté. Surtout après avoir été lanterne rouge. Le mérite en revient à tous les joueurs. Je tire tout de même un coup de chapeau particulier à mes trois vieux.» Les Oranges vont à présent entamer les constructions d'une équipe plus compétitive encore pour la saison prochaine. Cette semaine, les dirigeants vont recevoir les joueurs du noyau actuel. Les cadres de l'équipe comme Tokene, Wuillot et Teklak ont démontré qu'ils sont encore indispensables. L'arrivée de Laurent Blanc a été une belle réussite. La seule, à vrai dire du mercato. Même Walasiak n'est pas parvenu à s'imposer comme un élément incontournable.