Alain a 32 ans. Il a rejoint Trempoline il y a 22 mois. Aujourd'hui, il s'apprête à la quitter en pleine confiance en lui, prêt à recroquer la vie à pleines dents. Originaire de Namur, il avait sombré dans la toxicomanie, ses relations familiales totalement détruites. Accueilli d'abord à l'association Phenix, à Jambes, il s'est rendu compte qu'il avait besoin d'une structure plus complète. À Trempoline, il réapprendra à croire en lui, à découvrir des capacités insoupçonnées, à revivre avec les autres, à s'intégrer. Il suit aussi une remise à niveau en maths et en français, apprend le jardinage, une pratique dont il ne connaissait rien. «J'ai fait le travail, avec l'encadrement, l'environnement, la sécurité, c'est Trempoline. Je ne les remercierai jamais assez.» Bientôt, Alain occupera un appartement à Marcinelle et suivra, dès septembre, une formation en bureautique. Il ne craint pas de quitter son cocon, mais il sait qu'il aura du mal. «Je ferai du semi-résidentiel dans un premier temps. J'ai besoin de me détacher tout doucement.»B.W.


Nos dernières videos