Sans les signes, des «entendants manqués»

Un gouffre sépare les avis de l'ASBL et des ORL. Sur quoi est-il basé? D'un côté, les ORL soutiennent qu'un enfant sourd n'apprendra que s'il est mis individuellement dans une école, avec pour seul repère la langue orale. Lui mettre la langue des signes en plus lui ferait «sortir les mots de la bouche», abaissant sa capacité à communiquer oralement. De l'autre côté, «École et Surdité» conteste avec force cet argument en mettant en avant le côté psychologique. Selon l'ASBL , «Le sort des enfants sourds est souvent fondé sur une illusion qui ne peut que s'étioler. Dans la majorité des cas, même dotés d'implants, les enfants n'obtiennent qu'une compréhension très imparfaite du langage oral. Ce qui aboutit au fait qu'ils s'habituent à ne pas comprendre précisément ce qu'on leur dit. Ce sont des «entendants manqués». Ils finissent par se rendre compte que la langue qu'ils ont à leur disposition leur a construit un monde de faux-semblants.» Dans ce cas, quelle aura été leur jeunesse? Auront-ils connu l'insouciance propre à leur âge? Non, le plus fréquemment, ils auront côtoyé la solitude. Un débat qui n'est toujours pas clos entre l'asbl et les ORL. H.C.

Nos dernières videos