MATIÈRE À DISPUTE Renard et Rocambole

Renard, jadis c'était quelqu'un ! C'était d'abord le nom d'un homme. Un nom propre, donc. D'origine germanique : Reginhart puis Reinhart . De ragin signifiant : conseil ; et hart : fort.

Et c'est ainsi que, dans les premiers récits médiévaux mêlant la fable et la farce, mettant en scène une humanité aux allures de bestiaire, l'animal figurant l'homme rusé, l'homme intelligent, le retors, le roué, l'habile manoeuvrier, le magouilleur dirait-on aujourd'hui, c'était... le goupil. Un goupil nommé Renart (avec un t ). « Maître Renard... », dit encore, quelques siècles après, Jean de La Fontaine.

Le personnage de Renard connut un tel succès - on le voit dans le « Roman de Renart » au XIIIe siècle où il est carrément le héros principal - que le nom propre prit la place du nom commun : il a remplacé, dans l'usage général, le mot goupil .

Et il y a aussi de l'ironie dans le sort des mots puisque le nom de Renard, en devenant nom commun, a fait que le mot goupil, lui, a vieilli, s'est raréfié ; et il est qualifié, aujourd'hui, de littéraire.

Le mot rocambole, lui, il a vécu une histoire au contraire de celle du mot renard : il était d'abord un nom commun. Riche de sens divers.

En langue potagère, la rocambole est une sorte d'échalote. Elle est appelée aussi ail rouge ou ail d'Espagne . Elle réveille l'appétit, dit-on. En langue figurée, elle est ce qui attire, ce qui appâte ou ce qu'il y a de plus piquant dans quelques chose.

« À tout péché la loi qui l'interdit / Est un attrait, est une rocambole », dit le poète jésuite Jean-Antoine du Cerceau (1670-1730).

C'est encore un mot voisin par le sens de bagatelle, fantaisie ou... carambole .

Le mot se retrouve aussi tout naturellement dans l'expression figée mettre de la rocambole dans le ragoût . Qui signifie : donner du piquant.

Et, pour toutes ces raisons, tous les sens contenus dans le mot, le célèbre feuilletoniste Ponson du Terrail (1829-1871) baptisa son héros Rocambole . Le feuilleton connut un tel succès que le nom patronymique pris le pas sur le nom commun. Et il produisit même l'adjectif rocambolesque .

Dommage cependant que le personnage Rocambole ait supplanté à ce point la plante... De même qu'on a gardé quelque emploi au goupil, refaisons un peu de place tant à la rocambole au sens propre qu'à la rocambole au sens figuré. Et surtout à la belle expression : mettre de la rocambole dans le ragoût .

Alors aillons-nous, mes agneaux, mes brebis. Aillons nos propos, aillons nos vies. D'ails, d'aulx rocamboles, bien sûr ! Les seuls qui vaillent.



Nos dernières videos