MICHAëL NEGI

«Des promesses non tenues»

«Des promesses non tenues»

© EdA

L'infortuné Michaël Negi, blessé fin octobre à Courtrai, a suivi le derby aux côtés d'Harlem Gnohere, en tribune F. «Il n'y avait pas photo, analyse-t-il. Dans nos rangs, on sentait beaucoup d'hésitations, il y avait trop de passes vers l'arrière. C'est la confirmation de nos sorties précédentes.» Opéré des ligaments croisés en fin d'année 2010, le médian français aperçoit le bout du tunnel. «Je viens de reprendre l'entraînement avec ballon, précise-t-il. Tout en faisant attention, en évitant les chocs. Je pense qu'il me faudra encore un gros mois et demi avant d'être prêt à rejouer.» En attendant, il a dû encaisser la décision des dirigeants virtonais de ne pas prolonger son contrat. Et peine à s'en remettre. «Je suis d'abord déçu vis-à-vis de mes équipiers parce que je m'entends très bien avec eux et surtout, je regrette que des promesses n'aient pas été tenues, lâche-t-il. On n'a pas été correct avec moi, des promesses (NDLR : de prolongation) n'ont pas été tenues. Certaines personnes m'ont déçu, mais je ne vais pas m'étendre là-dessus maintenant. Ce n'est pas le moment. Je réglerai mes comptes en temps voulu.» Sur le plan sportif, cette décision peut se comprendre car Negi, même s'il a été utile par sa polyvalence, ne s'est jamais imposé comme un véritable titulaire. Sur le plan humain en revanche, c'est autre chose car la mentalité du Français n'a jamais été mise en cause et elle était appréciée au sein du groupe. S'il ne le cite pas nommément, il ne fait guère de doute que c'est au manager du club, Hervé Pierret, que le Français en veut surtout.

D. J.

Nos dernières videos