ANDERLECHT

Les Rouches à l'heure des play-off 1?

Les Rouches à l'heure des play-off 1?

Reporters

Le Standard a tout en mains pour participer aux play-off 1. Il lui reste à être à la hauteur de ses ambitions contre le G Beerschot.

À l'évocation d'une démobilisation éventuelle du G Beerschot, quasiment sauvé et qui vient au Standard demain, Sergio Conceiçao fit un appel à l'histoire pour répondre : «En 2006, Gand n'avait plus rien à gagner non plus... et on a quand même perdu (0-2). Si on gagnait et qu'Anderlecht perdait (NDLR : ce qui ne fut de toute manière pas le cas), on pouvait être champion. Gand jouait libéré, et les équipes qui jouent de manière libérée c'est toujours dangereux. »

Il y a cinq ans, l'adjoint de Dominique D'Onofrio était joueursuspendu à l'époque. Il y a un an, il suivait encore le championnat belge de plus ou moins loin, mais certains ont dû lui rappeler que le Standard, dans la même situation, mais pour les play-off 1, avait également perdu... contre Gand pendant que Zulte-Waregem perdait également. S'ils avaient battu les Buffalos, les Rouches auraient joué les play-off 1 la saison dernière.

C'est pour éviter ce genre de regrets que le Standard devra gagner, ou faire au moins aussi bien que Malines, qui reçoit Eupen. À la différence des deux rappels précédents, le club liégeois a son sort entre les mains.

«C'est notre finale », assurait Conceiçao, qui avait coiffé sa casquette de traducteur, hier, pour Kanu. S'il s'autorisait une parenthèse sur la Coupe «on a fait une bonne deuxième mi-temps à Gand, on sent le groupe révolté. On ira en finale »il ne mélangeait pas les objectifs pour autant. «On se concentre sur notre travail en championnat. » Les dernières semaines ont quelque peu rassuré et l'obstacle anversois ne devrait pas être un problème si les équipiers de Defour jouent à leur niveau. «L'ambiance est bonne dans le groupe. Il y a eu un peu de nervosité, parfois, mais c'est bien aussi, ça maintient les joueurs concentrés. »

En guise de conclusion, le Portugais faisait un autre rappel historique, plus récent : «Il y a un mois, j'avais dit qu'on jouerait les play-off 1 et qu'on irait en finale de la Coupe. On m'a pris pour un fou, mais on y arrivera! » À condition de retenir les leçons du passé...