Co ntador a été informé hier, alors qu'il s'entraîne à Majorque, de la sanction de sa fédé : il écope d'un an de suspension.

Hier, les choses se sont précipitées quant au sort réservé à Alberto Contador, dans l'affaire de dopage au clenbutérol, détecté lors d'un contrôle à Pau sur le dernier Tour de France, dont il était sorti vainqueur. Le coureur espagnol s'est vu officiellement signifier une suspension d'un an par la fédération espagnole de cyclisme. L'information a été d'ailleurs confirmée hier à Majorque, lieu de stage de sa nouvelle équipe Saxo-Bank, par son porte-parole.

Les rumeurs distillées par la presse espagnole depuis mardi se sont donc confirmées.

«La Fédération lui a communiqué la sanction. Il a un délai de dix jours pour déposer un recoursau près du TAS», a déclaré un responsable de la Fédération sous couvert d'anonymat.

Contador, âgé de 28 ans, avait subi le 21 juillet 2010 à Pau, pendant le dernier Tour, un contrôle antidopage révélant des traces infimes de clenbutérol, un bêta-stimulant qui stimule la fonction pulmonaire mais possède aussi des effets anabolisants. Il n'a depuis cessé de clamer qu'il était victime d'une contamination alimentaire, liée à de la viande qu'il avait consommée la veille. L'affaire n'en restera sans doute pas en l'état et on se doute bien que Contador va entamer un nouveau match judiciaire devant le Tribunal arbitral du sport.

Hier, Contador s'était déclaré motivé et concentré pour la prochaine saison en dépit des menaces de suspension.

Mais cette sérénité va sans doute céder la place aux grosses interrogations quant à l'avenir sportif du coureur. Une suspension d'un an équivaudrait pour Contador à d'abord faire une croix sur le prochain Tour de France (2 au 24 juillet). En outre, il perdrait -sous réserve de l'absence d'appel- le bénéfice de sa victoire dans le Tour, qui reviendrait à Andy Schleck, deuxième de l'épreuve.