article abonné offert

CHARLEROI

«Un budget sans âme», dit Écolo

«Pour résumer ce budget 2011, c'est un budget sans âme et démontrant que votre majorité XXL est devenue une majorité "impuissantée" (NDLR : allusion à la récente prestation du ministre Daerden face à la presse européenne). On se croirait déjà en fin de législature où la majorité sortante laisse tomber les bras en refilant la patate chaude aux suivants!» Le chef de groupe de l'opposition écolo s'est montré très critique. Pour Luc Parmentier en effet, «la large part des économies se fait sur le dos des travailleurs : 14,7 millions ¤ pour la réduction des cotisations aux fonds de pension, 4,7 pour les départs d'agents sans remplacement, 2,4 pour la diminution de l'absentéisme sans coût pour l'employeur. Il faut y ajouter 2,1 millions ¤ pour le retour des projets PTP que votre majorité avait oublié de renouveler en 2010, et 2,6 pour le coût des nouvelles normes d'encadrement des garderies qu'il va falloir aller récupérer dans la poche des parents!» Luc Parmentier s'étonne de trouver dans les diminutions de charges l'entretien des chaudières, «alors que des écoles sont en panne de chauffage. Moins de maintenance de bâtiments scolaires et coupes sombres dans la dotation de la zone de police. Un comble », selon l'écolo qui indique que «si les statistiques montrent une décrue de la criminalité, notre métropole reste le plus souvent 1er au hit-parade belge de l'insécurité!» Le plan d'embauche de 2010 n'a pas été exécuté, déplore-t-il encore. Pour la chef de groupe cdH, Véronique Salvi, il est temps que le retour à l'emploi s'amorce. «Charleroi a autant besoin de moyens humains que d'investissements!» Parce que le budget doit être ratifié par la tutelle pour être mis en exécution, le chef de groupe MR, Philippe Sonnet, invite le conseil à se montrer attentif au suivi. «Le temps de l'analyse ne doit pas être trop long, sous peine de mettre à nouveau Charleroi en situation de paralysie.» Autre bémol : l'absence de participation de la Région wallonne à un effort collectif de redressement.