LIGUE EUROPA

Van Holsbeeck: «L'Ajax: difficile mais pas impossible»

Van Holsbeeck: «L'Ajax: difficile mais pas impossible»

Van Holsbeeck est content du tirage contre lAjax. Reporters

Anderlecht accueillera l'Ajax le 17 février et se déplacera à Amsterdam la semaine suivante. Il pourrait ensuite défier le Spartak Moscou.

Officiellement, Herman Van Holsbeeck n'était pas à Nyon, hier midi, parce que son avion n'avait pu décoller à cause de la neige. On dira que la météo a bien fait les choses pour le manager général des Mauves qui avait fort à faire ce vendredi avec la réunion du G4 (Anderlecht, Gand, Genk et Bruges) au sujet de la réforme du championnat et des droits télé.

Quoi qu'il en soit, c'est avec le sourire, à l'image des supporters anderlechtois, que le dirigeant du Sporting a accueilli le tirage au sort des 16es et 8es de finale de l'Europa League.

«J'avais espéré un club néerlandais et en particulier Twente, mais je suis très heureux avec l'Ajax Amsterdam, se réjouissait Herman Van Holsbeeck quelques minutes à peine après avoir pris connaissance du verdict.

Ce sera du 50/50. Nous avions pris quatre points sur six face aux Amstellodamois la saison passée. Nous aurons donc toutes nos chances même si nous avions il est vrai signé une saison exceptionnelle l'an dernier.» Anderlecht se méfiera de cette équipe de l'Ajax sortie de la crise depuis que Frank de Boer a pris la succession de Martin Jol début décembre. Troisièmes de leur groupe en Ligue des champions derrière le Real et le Milan AC, les Néerlandais sont allés s'imposer 0-2 à San Siro et ont retrouvé des couleurs en championnat. Ils y occupent une intéressante quatrième place, à trois unités seulement du leader, le PSV Eindhoven.

«Cela dit, avec le retour des blessés tels que Biglia et Deschacht ainsi qu'avec un entrejeu plus équilibré du côté gauche, nous devrions être capables de pratiquer à nouveau un football dominant au second tour», se rassure Van Holsbeeck.

Du côté de l'Ajax, on n'est pas mécontent non plus de revivre un derby des plats pays. «J'estime également que c'est du 50/50, disait de son côté Frank de Boer, le nouveau coach de l'Ajax. Un court déplacement n'est jamais pour me déplaire. Mais il ne faudra pas sous-estimer les Anderlechtois. Je ne devrai pas rappeler à mes joueurs qu'ils n'ont fait que 1-1 au parc Astrid l'an passé avant de s'incliner 1-3 à domicile.» L'Ajax voudra prendre sa revanche, c'est une certitude.

Quant aux adversaires potentiels des Bruxellois lors des éventuels huitièmes de finale (Bâle ou le Spartak Moscou), ils éveillent chez Herman Van Holsbeeck des sentiments mitigés. «Ce ne sera en tout cas pas impossible, disait-il. Mais on s'est rendu compte avec le Zenit de la valeur actuelle du football russe.» Alderweireld, Vertonghen et peut-être Pareja«C'est dommage de devoir d'abord accueillir l'Ajax au parc Astrid (le 17 février) et de jouer le match décisif aux Pays-Bas (24 février), regrettait pour sa part un Guillaume Gillet moins enthousiaste que sa direction. Ce sera chouette de retrouver nos compatriotes Alderweireld et Vertonghen, mais on aurait préféré découvrir autre chose que l'Ajax. Devant, Suarez et El Hamdaoui sont redoutables. Ce sera autrement plus difficile que lors du 1-3 de l'an passé car l'Ajax était déjà qualifié à l'époque. Au tour suivant, le Spartak Moscou ou Bâle, ce serait un gros morceau sans être une grosse affiche malheureusement. Cela dit, ce serait sympa de retrouver Nicolas Pareja.»



Nos dernières videos