«On peut la boire pendant des années»

© EDA

Chaque bière a ses secrets. Les levures sont les éléments déterminants. C'est encore plus vrai dans le cas de l'Orval dont la refermentation lui permet de bien vieillir.

Dans la salle du café, le feu de bois ré chauffe les coeurs alors que la neige tombe au dehors. L'ambiance est «trappiste» : sous bock, dépliant présentant la divine trappiste gaumaise... Au-dessus du bar, on retrouve les plaquettes où on comprend que le café est ambassadeur de l'Orval depuis 2004. Quelques belles pièces de collections attirent le regard : un casier en bois Orval, un verre et une bouteille dont les dimensions impressionnent. «Le support visuel est important, rappelle le patron. Le client qui rentre ici doit voir qu'on a de l'Orval.» Autour d'une des tables en bois, on retrouve Philippe et Jacky, deux amis habitant la région et qui ont répondu à notre invitation. Ce sont surtout des amateurs de l'Orval. Pour Jacky, le régime est d'un Orval par jour. Il en va de même pour Philippe dont les connaissances permettent d'analyser les secrets de la trappiste. «C'est une bière que l'on peut boire des années et des années après sa mise en bouteille.» Et c'est grâce à une des levures présentes dans la refermentation en bouteille, les brettanomyces, que l'Orval peut vieillir sans dépérir.

Alors, si vous disposez d'une bonne cave, tentez l'expérience. E. H.

Nos dernières videos