article abonné offert

MICHEL DELHAYE

Le vin Hongrois, on y croit

Michel Delhaye, vous commercialisez des vins hongrois. Avec quels arguments?La Hongrie a 25 régions de production, avec des sols argilo-calcaires intéressants. Dix ans que je travaille à promouvoir ces produits.On dit que les «vins du monde» sont plus attractifs financièrement que les crus français...Il n'y a pas de miracle. Les tarifs ne sont pas si disproportionnés que cela. Si on veut égaler en qualité, il faut mettre le budget.Comment vivez-vous le salon namurois? Les clients sont-ils des connaisseurs?Plus que cela. Ce sont des gens qui ont envie de bons produits, et qui restent fidèles. Le salon ici à Namur crée une famille : des clients reviennent voir leur fournisseur d'année en année, ce qui peut aussi représenter un handicap pour les autres dont ils n'iront par forcément visiter le stand.Et question budget? Investit-on toujours autant dans le vin?Le vin reste un plaisir à vivre à la maison, entre amis. On profite de cela dans un moment cocooning.


Nos dernières videos