Autre question : vu la rapidité avec laquelle le centre a ouvert - moins d'une semaine depuis l'annonce aux autorités rochoises - qui se charge de l'encadrement des premiers venus? Sur ce point, notre interlocuteur se félicite de l'appui des autres centres. Une cinquantaine de volontaires, issus des quatre coins du pays, sont venus épauler la mise en place de Borzée.

Pour ce qui est du recrutement, il est lancé. Mais peu de chance que beaucoup d'anciens salariés de Borzée intègrent l'équipe : «Nous ne pouvons leur offrir les mêmes conditions salariales que celles qu'ils avaient, notamment avec leur ancienneté», regrette le directeur opérationnel. Le centre commence à vivre. D'autres candidats réfugiés sont attendus dans les prochains jours.J.-M.B.

Nos dernières videos