Un déficit de 350 000 ¤ en 2009, 918 000 en 2010 et 1 Mo, 4 en 2011. L'ardoise ne fait qu'augmenter et la commune n'a pas le choix. Les 250 policiers de la zone - auxquels s'ajoutent les cinquante membres du personnel administratif - représentent 88 % du budget. Après avoir épongé le passif important à l'aide des bonis présumés des exercices antérieurs, la situation est loin de s'améliorer et s'inscrit en faux des déclarations du fédéral qui affirmait que la réforme des polices ne devait pas coûter 1 ¤ aux communes ! Si la recherche des contacts est restée vaine, ce n'est pas l'absence de gouvernement qui en est la cause. Malgré la rigueur imposée, il faudra que la commune accepte un nouvel effort de solidarité, sa quote-part au fonctionnement de la zone passe de 345 583 ¤ à 398 841 ¤ soit une augmentation de 15,41 % auxquels on ajoutera 16 721 ¤ pour le paiement des loyers du commissariat central. À titre indicatif, cette note représente 82 ¤ par habitant, soit 11 ¤ de plus que l'an dernier. Faut-il rappeler que la commune accueille sur son territoire un mégadancing et un autre dancing qui imposent un nombre important de prestations à charge de la collectivité ? Et c'est bien là que le bât blesse. Il serait temps que le fédéral fasse supporter les dépenses par ceux qui les occasionnent car ces prestations sont souvent nocturnes ou de week-end. Dans notre zone, pensez aux exigences de l'Union belge en matière de sécurité aux abords des stades destinés à recevoir des rencontres de Nationale 2! Mais, comme le soulignera le bourgmestre, «ceci reste un voeu pieux ». Et le commissaire Hooreman de conclure : «Ce qui grève le budget, ce sont les 315 km2 de territoire à couvrir et les 30 km de frontière à assumer.» R.Vda

Nos dernières videos