Jean-Marie Julien, en quoi consiste votre profession?Alors que certaines entreprises se spécialisent dans différentes techniques, ma société CMJ accomplit elle-même toutes les étapes nécessaires à un travail de construction métallique. On fait aussi bien de la soudure, du montage sur site, du tournage du fraisage, du sciage, du forage, du pliage, du cisaillage, du cintrage, de l'oxycoupage... Nous pouvons, par exemple, réparer des châssis de 2 CV, réparer des engins de génie civil, de l'usinage de tout type, mais aussi des travaux plus spéciaux comme la réalisation de ces figurines ou la restauration d'un tram du TTA.

Effectivement, où en êtes-vous précisément dans cette restauration?Ce tram, nous sommes en train de le restaurer entièrement pour en faire un wagon-restaurant pour le TTA. Là aussi, il s'agit d'un travail titanesque. Nous avons dû le désosser. Ce chantier devrait se terminer en avril.

Votre entreprise a bien grandi?En effet, elle compte aujourd'hui 14 emplois. En 2011, nous fêterons notre 20e anniversaire. Et nos installations actuelles vont encore s'agrandir de 1 000 m2 en deux phases.J. B.